04 mars 2012

TRELON - La Saint Pansard

TRELON-St Pansard 2012            

Comme souvent à cette période de l'année, je profite de mettre en ligne des documents inédits ayant trait à cette joyeuse et très ancienne fête populaire. Il s'agit souvent de photos plus ou moins anciennes envoyées par des visiteurs du blog et parfois des connaissances ou amis. L'an passé, j'ai eu le plaisir d'avoir la visite d'un camarade, ancien Trélonnais, qui vit aujourd'hui dans l'Ardèche. Je n'avais pas eu l'occasion de le revoir depuis son départ de Trélon, il y a plusieurs dizaines d'années maintenant. Il s'appelle Germain Bernard. Lors de sa visite il m'a gentiment fait cadeau d'une série de 14 diapositives "couleur" de Saint Pansard 1967, en excellent état de conservation. Je le remercie à nouveau ici. Bizarrement ce don m'a incité à ouvrir mes vieux classeurs "carrousel Kodak" emprisonnés dans leur boite d'origine depuis plusieurs décennies*. C'est  ainsi que j'ai retrouvé une autre série de 14 diapositives "oubliées", également en excellent état. Elles concernent l'année 1966 et 1967. Les techniques de numérisation permettent aujourd'hui de transférer ces diapos sur cd rom et ensuite sur ordinateur. Je vais donc faire numériser les 28 diapos (14 provenant de mon camarade Germain et 14 de ma collection personnelle). Je les mettrai en ligne prochainement. Vous serez surpris de la qualité de ces clichés "couleur" qui ont aujourd'hui 45 ans !

*Au milieu de année 60, la photographie classique sur papier est concurrencée par de nouveaux appareils photo (type 24x36) susceptibles de recevoir des films "kodachrome 64" 24 ou 36 poses. Le tirage sur papier des photos couleurs étant relativement coûteux et de qualité souvent moyenne, beaucoup ont comme moi opté pour le développement "diapos" qui était d'un très bon rapport qualité/prix.

Posté par CHRIS NORD à 20:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


FOURMIES - La Rue de l'Industrie

FOURMIES-Rue de l'Industrie3

Sur cette jolie cpa colorisée du début du siècle passé, on découvre la rue de l'Industrie, aujourd'hui rue Jean Jaurès. A gauche c'est la boucherie du Palais. A cette époque les quartiers de viande sont suspendus à des crocs et exposés à l'air libre. Cet étalage permettait ainsi au consommateur de juger la qualité du produit. Dans certaines boucheries, et encore aujourd’hui, on affichait les plaques honorifiques  obtenues par les meilleures bêtes à viande à l'occasion de concours agricoles. Parfois s’ajoutait  une photo sur laquelle posait fièrement le commerçant à côté de l'animal. Les  bouchers achetaient alors les bêtes chez des éleveurs et les abattaient eux- mêmes dans leur arrière-boutique. Plus tard, dans la seconde moitié du XXe siècle, les obligations en matière d'hygiène alimentaire ont transformé cette pratique en rendant obligatoire un abattage des animaux dans des établissements agréés. Cest ainsi qu'est apparue l'activité de chevillard (dans le nord, chevilleur) et les bouchers achèteront désormais à ces grossistes les animaux non plus vivants mais en carcasse.

 FOURMIES-Rue de l'Industrie2