31 juillet 2012

GLAGEON - L'Eglise Saint Martin

GLAGEON-Vue Aérienne

Cette cpa peut vous paraître banale au premier abord, mais si on y regarde de plus près (cliquer sur l'image) on s'aperçoit très vite que l'église a perdu son clocher ! En effet, lors de leur fuite en 1944, avant la libération en septembre, les soldats allemands mettront  le feu au clocher. Ce dernier sera reconstruit dans les années qui suivront. Cette vue aérienne est une des rares à nous montrer ce détail

(cliquer sur l'image pour zoomer)

GLAGEON-Baptême des cloches

Lors de la première guerre mondiale l'église avait été épargnée mais pas les cloches. C'est pourquoi le clocher en recevra de nouvelles en 1922, après qu'elles aient été baptisées* comme le veut la coutume.  (voir photo* rare ci-dessus)

* En fait, le baptême de cloches est un mot communément admis, cependant il n'a jamais été employé officiellement par l'Eglise qui préfère parler de         cérémonie de bénédiction . Il est également de coutume d'attribuer un prénom à chaque cloche, je n'ai pas obtenu ce renseignement.. 

* Merci à Mme Denise Rossignon à qui je dois cette superbe photo.

 Liens connexes :

http://chris59132.canalb1og.com/archives/2011/08/09/index.html


30 juillet 2012

TRELON - L'Etang de La Folie

TRELON-La Folie2

TRELON-Le Chalet de La Folie

Ces deux cpa du début du XXe siècle nous montrent le pavillon de chasse de l'Etang de la Folie aujourd'hui disparu. Ce dernier était occupé par un Garde-forestier particulier chargé de la surveillance de la forêt privée dans ce secteur. Il était aussi Garde-chasse  chargé  de la préservation du gibier et aussi Garde pêche pour la préservation du poisson de l'étang. Sur la cpa (rare) ci-dessus on découvre l'occupant du pavillon, armé de son fusil et accompagné de son chien, devant lui des volatiles d'eau naturalisés. Plus étonnant, la présence de 4 cygnes visiblement artificiels et sans doute destinés à la décoration, à moins qu' ils ne servent d'appelant afin d'attirer sur l'étang d'autres cygnes bien vivants.

On m'a souvent demandé d'où venait le nom de ce étang, la réponse est peut-être ici, sur le site de la Mairie de Wallers en Fagne : Cliquer ICI

Posté par CHRIS NORD à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 juillet 2012

LIESSIES - Brocante 2012

001

Posté par CHRIS NORD à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

FOURMIES - Rallye Touristique

Rallye touristique

 

Posté par CHRIS NORD à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

FERON - Les Féron'Arts

Féron'arts 2012

Lien connexe : http://chris59132.canalblog.com/archives/2012/02/28/23635413.html

Toutes les infos : Cliquer ICI

Posté par CHRIS NORD à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


ANOR - Spectacle-Promenade

Legend'air Anor

 

Posté par CHRIS NORD à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 juillet 2012

TRELON - LE DROIT D'USAGE* DANS LA FAGNE

img260 - CopieVoici une photo des deux anneaux de fer dont-il est question plus bas et qui sont conservés en Mairie de Trélon

*L’usage est un droit qui, dans une certaine mesure, permet au bénéficiaire d’user, de se servir de la chose d’autrui et même d’en percevoir certains produits (Trélon et son histoire)

En 1626 fut créé le marquisat de Trélon par Philippe VI d'Espagne. Outre le bourg de Trélon, ce marquisat comprenait les villages voisins de Baives, Eppe-Sauvage, Moustier, Ohain, Wallers et Willies. Vers 1616-1617  des différends apparurent avec des habitants d'Eppe-Sauvage mais l'absence de charte ne permit pas de régler ce conflit. Pourtant les habitants de ce marquisat jouissaient depuis fort longtemps de plusieurs droits et privilèges dans la Fagne de Trélon. Ces droits étaient même consignés dans une charte, mais le temps avait fini par la faire disparaître. On fit donc appel à la cour souveraine de Mons qui promulgua des arrêts en date du 25 avril 1624 et 21 février 1634. Ceux-ci spécifiaient les droits d'usage dans la forêt de Trélon en ces termes :

"Avoir droit et privilège de faire champier* leurs bêtes à cornes et chevalines ès bois de Trélon sur les tailles âgées de sept ans et au dessus, aussi d'aller quérir, prendre et lever lesdits bois, tout le bois mort traînant et debout et d'avoir pour leurs fouille (chauffage) outre les ramettes* provenantes des respes couvertes en leignes (bûches et bois de cordes) les chocs (souches) et estocs de toutes sortes de bois et aussi les arbres de haute futaie secs qui ne pourraient être convertis en marchandises de soyeries (scieries) et de fonderies".

* Au Moyen Âge et sous l’Ancien régime il existe un droit d'usage qui permet de faire paître gratuitement son bétail en dehors de ses terres, dans les bords des chemins, les friches, les terres nues de leurs cultures, les bois de haute futaie, les taillis de plus de 4 ou 5 ans. Cette pratique a permis pendant longtemps aux plus pauvres de la communauté d'entretenir du bétail (une ou deux têtes maximum) même sans posséder de terre.

* Les ramettes, suite à un accord des 26 et 27 Août 1626 entre le seigneur de Trélon et les habitants de son marquisat étaient levées par les usagers autour de chaque corde de bois. Ils devaient : " les consommer et brûler en leur maison sans pouvoir en faire marchandises à qui que ce soit et devaient avoir été relevées dans le jour de la Saint Jean Baptiste pourvu que lesdites leignes soient cordées en temps et heures compétents".

Toujours suite à d'autres conflits, en 1738 un autre arrêté fut pris par le parlement de Douai , celui-ci "maintient et garde lesdits habitants dans leurs droits et possession de lever les ramettes, ce qu'ils ne pourront faire néanmoins à chaque corde de bois, que vingt quatre heures après qu'elle sera faite".

C'est par un arrêt du parlement de Douai en date du 15 juillet 1767 que fut ordonné "Qu'à la diligence et aux frais du seigneur de Trélon, il serait fabriqué deux anneaux en fer (voir photo ci-dessus), l'un pour les bois durs dont le diamètre serait de onze lignes du pouce de France et l'autre pour les bois tendres dont le diamètre serait de 13 lignes dudit pouce, lesquels anneaux seraient déposés au greffe de la terre et seigneurerie de Trélon qu'il en serait fabriqué un nombre suffisant pour en être distribué à chacun des mayeurs de Baives,Wallers, Moustier et Willies, comme aux gardes contrôleurs et ouvriers de la Fagne de Trélon, faisant défense auxdits ouvriers de laisser pour ramettes aucune plante, branches et morceaux dont les gros bouts ne pourraient entrer aux dits anneaux, savoir en celui de onze lignes pour les bois durs et en celui de treize lignes pour les bois tendres, à peine de trois florins d'amende à chaque contravention, ordonnant en outre que les manans, habitants et communautés desdits lieux seront tenus d'enlever et retirer les ramettes de ladite Fagne de Trélon qu'un mois après les leignes taillées et cordées, péril que faute de se faire et ledit temps passé, lesdites ramettes demeureront au profit du seigneur".

En 1812, une instance est introduite par M. le Comte de Mérode devant le Tribunal d’Avesnes à l’effet de déclarer que le habitants de Trélon n’ont aucun droit de se servir de serpe et de tous autres ferrements saillants et tranchants pour enlever les bois morts et gisants de la Fagne, non plus que d’enlever les bois morts et secs, sans avoir été reconnus tels par qui de droit.

En 1820, le Comte de Mérode, ayant laissé périmer l'instance ci-dessus, fut condamné par défaut aux frais, suivant jugement du tribunal le 29 janvier 1820.

En 1867, la famille de Mérode fit des offres aux communes concernées pour racheter les droits d’usage en cours mais sans aboutir à un accord.

Posté par CHRIS NORD à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

TRELON EN FOLIE

TRELON en Folie 2012

Posté par CHRIS NORD à 12:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

27 juillet 2012

TRELON - Le Certificat d'Etudes Primaires

 TRELON-CEP 1970

 En sa qualité de Chef lieu du canton,  les épreuves du Certificat d'études primaires se déroulaient chaque année à Trélon pour un certain nombre de communes (Trélon, Anor, Baives,Féron, Glageon et Ohain). Ci-dessus un article de presse de 1970 nous donne la liste des lauréats, ainsi qu'une photo. La mode vestimentaire à cette époque en fera sourire plus d'un (ou plus d'une). Outre le diplôme, parfois on récompensait les candidats reçus par un voyage dans la capitale ou par l'attribution de livres, voire d'un livret de Caisse d'Epargne. La majorité de ces jeunes gens sont âgés aujourd'hui de 56 ans.

Merci à Joëlle Salmon de m'avoir fait parvenir cette coupure de presse qui est un véritable document aujourd'hui.

TRELON-CEP 1961Cliquer sur l'image pour zoomer (Copie interdite sans l'accord de l'auteur)

Ci-dessus un diplôme de 1961 délivré à une élève de Trélon. L'illustrateur s'est inspiré avec talent des symboles liés à notre département : Canal avec sa péniche, Mont des Flandres et son moulin, usine et sa cheminée, mine et ses terrils ainsi que le beffroi de l'Hôtel de ville de Lille qui domine l'ensemble. Comme souivent à cette époque, le Certificat d'études passé, les enfants quittaient l'école pour entrer dans la vie active. Rares étaient ceux qui poursuivaient leurs études au collège. Le 28 août 1989, le certificat d'études primaires est supprimé, mettant fin à une existence de plus de cent ans.

En 1960 à Trélon, après les études primaires, c'est un Cours complémentaire qui prend le relais. Les cours sont dispensés par des enseignants du primaire et sont également sanctionnés par un diplôme (voir ci-dessous).

 img256Cliquer sur l'image pour zoomer (Copie interdite sans l'accord de l'auteur)

Après le Cours Complémentaire c'est le CEG (Collège d'Enseignement Général) qui prendra à son tour le relais en attendant l'implantation à Trélon d'un CES  (Collège d'enseignement secondaire). Les études en CEG seront également sanctionnées par un diplôme : Le BEPC.

img258 Cliquer sur l'image pour zoomer (Copie interdite sans l'accord de l'auteur)

Il faudra ensuite attendre 1975 pour voir la création du« collège unique » sur la base des CEG et des CES.

Posté par CHRIS NORD à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,