31 août 2012

FOURMIES - L'Eglise Saint Pierre

C'est la première fois que je peux vous proposer une superbe cpa qui nous montre l'intérieur de cette église qui fut rasée en 1974 (cliquer ici). On raconte que le clocher ne reçut jamais sa flèche pour des raisons de sécurité liéées aux fondations insuffisantes de l'édifice.

FOURMIES-L'église Saint Pierre (2)

Posté par CHRIS NORD à 10:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


30 août 2012

TRELON -La Nouvelle Maison de Retraite

Mon dernier article concernant ce chantier remonte au 28 juin 2012, deux mois après je me suis à nouveau rendu sur place.

28062012 002

Ci dessous une photo de la façade principale prise le 28 Juin 2012  et ci dessous trois autres photos du même endroit prises le 30 août 2012

010

004

012

 28062012 021

Ci dessus une photo du 28 juin 2012

013

Ici le même endroit le 30 août 2012


Le cap des deux ans de travaux est maintenant dépassé. Dans deux mois le cap de deux années et demi sera atteint, c'est le temps qu'il a fallu pour construire le Grand Stade de Lille !

Vous pouvez retrouver tous mes articles sur ce sujet en cliquant ICI


Posté par CHRIS NORD à 19:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

29 août 2012

EPPE-SAUVAGE - La Rue de Couturelle

 EPPE-SAUVAGE-Ferme des Couturelles

Cette cpa vers 1920 nous montre ce chemin étroit qui mène à la ferme de Couturelle. A l'origine c'était un manoir, puis ferme du Grand Sartier (en référence au secteur défriché dans la forêt qui entoure cette ferme). Au 18ème siècle, transformé en ferme dite "de Couturelle". Composé d'un seul bloc, entre 1823 et 1882, il est complété par une grange en retour sur l'arrière et la profondeur du logis est doublée sur les deux tiers de sa longueur. 

 EPPE-SAUVAGE-Ferme de Couturelles

EPPE-SAUVAGE-Ferme de Couturelle

Posté par CHRIS NORD à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2012

AVESNOIS - Les Carrières de marbre

TRELON-Carrière du Surmont

Le 22 février de cette année j'ai publié un article (cliquer ici) qui faisait référence au marbre rose de Glageon cité par de nombreux sites web, notamment sur un site officiel de Glageon et sur Wikipédia.

A la suite de cet article, un visiteur de mon blog m'a envoyé ce commentaire : "  Il n'y a pas à Glageon de calcaire frasnien ou givétien susceptible de donner au polissage un marbre "rose". A Glageon, était extrait "le Glageon" ou le "Glageon fleuri", un calcaire givétien donnant un marbre noir très moucheté de blanc (calcite), utilisé pour certains travaux à Versailles au 19éme siècle. Le "marbre rose" peut provenir de Trélon (carrières dans les calcaires frasniens du Surmont ou du Chateau Gaillard), de Baives, de Rance, ...> Auteur : JD 15/07/2012.

L'article ci-dessous (entres autres) semble donner raison à ce visiteur :

Un marbre rouge a été exploité au Surmont (voir cpa ci-dessus), près de la gare de Trélon. Trois autres récifs, à peu de distance l’un de l’autre sont connus à Château-Gaillard, au N.-E. de Trélon et dont Lecompte (1936) écrit que deux ont été exploités. Le troisième, de quelques mètres seulement de diamètre, est décrit par Lecompte à quelque 200 m au sud des deux autres et dénommé « petit récif du bois du Terne Godeau. A Wallers, une très ancienne carrière a entamé un petit mamelon, dénommé « Récif des Roliveaux »(Lecompte,1936). Le même auteur signale divers affleurements et deux excavations dans des calcaires crinoïdiques rosés et rouges très fossilifères dans les « monts de Wallers-Baives ». Aucune indication n’est connue quant à des usages en marbrerie de ces calcaires rouges. 

En conclusion on peut dire qu'il n'existait pas de carrière de marbre rose à Glageon,

Ste Anne Français gris blanc noir CousolreLe Ste Anne est un marbre gris assez foncé présentant  quelques    veines et tâches blanches. On l'exploite particulièrement en Belgique et dans l'arrondissement d'Avesnes. Il est assez recherché à Paris, surtout la variété dite Glageon fleuri, pour les chambranles, les dessus de meubles et les tables de cafés.

A la fin du XVIIIème siècle Cousolre était un centre marbrier important. On y exploitait le Ste Anne. En 1850, il y avait à Cousolre 6 carrières et scieries, 20 ateliers de cheminées employant 600 ouvriers et 15 ateliers à pendule avec 350 salariés. Cependant 80% des productions étaient contrôlées par les marchands-marbriers de Paris (voir lien ci-dessous).

 http://cousolre.pagesperso-orange.fr/html/marbre.htm

A noter également que le très beau site ami "Poussières de siècles ..." (cliquer ici) traite de ce sujet dans la rubrique "Glageon"


27 août 2012

AVESNES SUR HELPE - L'Avenue du Pont Rouge

 

AVESNES-Avenue du Pont Rouge2

Vers 1905 à l'hiver. il y a peu de constructions et beaucoup d'arbres bordent la route, d'où le nom d'avenue.

AVESNES-Avenue du Pont rouge5

Le même endroit aujourd'hui, de nouvelles constructions sont apparaissent. Les arbres ont disparu et la circulation est dense sur cet axe urbain de la RN2 (Paris-Bruxelles)

AVESNES-Avenue du Pont rouge (3)

Un autre endroit de cette avenue au début du XXe siècle ...

 AVESNES-Avenue du Pont Rouge (2)

... et ici dans les années 50. On a replanté des arbres

AVESNES-Avenue du Pont rouge4

Le même endroit aujourd'hui. L'avenue a beaucoup perdu de son charme sans ses arbres.

 AVESNES-Avenue du Pont rouge

Cette cpa de la fin des années trente nous montre la fin de cette avenue qui contourne la ville. Une borne en béton sert de giratoire. Elle est surmontée d'une vasque sur laquelle repose un candélabre

 AVESNES-Avenue du Pont Rouge 1

Aujourd'hui ce sont les feux tricolores qui régulent le trafic des véhicules

Posté par CHRIS NORD à 09:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

26 août 2012

ANOR - L'Etang de La Galoperie et la Rotonde

Voici quelques cpa de cet endroit au début du XXe siècle, avant qu'il ne devienne le parc d'attractions mythique que beaucoup d'entre nous ont connu entre le années 70 et sa fermeture en 1985.

ANOR - La Galoperie

ANOR-La Galoperie1

ANOR-Cantine de La GaloperieIci la Rotonde qui servit de cantine dans les années vingt à l'usine des Anorelles toute proche.

ANOR-La Galoperie3Ici le terrain de camping à proximité de la Rotonde

ANOR-La Rotonde années 50Ci-dessus la Rotonde dans les années 50...

ANOR-La Galoperie5... et ici lorsqu'elle servit  de buvette au parc d'attractions

ANOR-La Rotonde 6Une des dernières photos avant sa disparition complète. En effet, le POS autorisant le développement d’activités de loisirs et de tourisme, la commune a décidé d’acquérir le site de la Galoperie. Elle souhaite y réaliser une opération à vocation résidentielle et ludique avec la construction d’habitations légères de loisirs et d’équipements sportifs.

Posté par CHRIS NORD à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 août 2012

TRELON - L'Union Saint Léger

Un ami m'a fait parvenir la photo ci-dessus. Elle représente un bel  insigne provenant de son arrière grand père. L'objet comporte le blason de la ville de Trélon avec la mention : "UNION SAINT LEGER TRELON NORD 1903". Personnellement je n'ai jamais entendu parler de cet objet et je le découvre pour la première fois.

Le propriétaire emet une hypothèse en indiquant que la date de 1903 est intéressante dans la mesure où l'on est à de 2 ans de la loi de 1905 qui va aboutir à la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Des associations se seraient alors créées pour défendre les intérêts de l'Eglise. On peut également penser qu'il pourrait s'agir d'un insigne fédérateur d'une association paroissiale (musicale, théâtrale...).

Si des visiteurs du blog possèdent des renseignements sur cet objet, ils peuvent laisser un message en bas de cet article. D'avance merci.

img016

Posté par CHRIS NORD à 08:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

24 août 2012

TRELON - Journées Européennes du Patrimoine 2012

JEP 2012 DPour une meilleure lecture, cliquer sur le programme

Outre ce programme muséographique local, on propose à Trélon la visite de 5 sites :

JEP 2012

Je vous joins ci-après les petites notes explicatives sur les 5 sites proposés à la visite dans le cadre des journées Européennes du Patrimoine 2012
 
les 15 et 16/09 après-midi de 14h à 17h
 

 
LA CHÈVRE D’OR du Château du VOYAUX
à Eppe-Sauvage 
Dans les « grandes heures d’un village de la frontière », Marc Blancpain évoquait le souvenir d’un grand camp (romain) et l’espoir de voir réapparaître la « cabre d’or », rappelant les fouilles entreprises fin 1723 en un certain lieu de Saint Michel en Thiérache avec à l’appui un devin des Pays Bas de grande réputation, armé de sa baguette divinatoire ...
Plus proche du Voyaux, la Fagne de Trélon, où Charles Malengreau, régisseur des biens de la famille de Merode, signalait en 1881 que le ruisseau du Voyon y prenait sa source à une fontaine, sous un hêtre séculaire ayant près de quatre mètres de circonférence et laissait à sa droite des ruines connues sous le nom de « Gade d’Or »… 
Pour le château du Voyaux, des anciens du village d’Eppe-Sauvage racontaient que le seigneur de Voyaux possédait dans son château une chèvre qui avait des pouvoirs maléfiques.  Jaloux, les seigneurs des alentours voulurent s'approprier ce bien précieux lorsqu’il partit pour la Croisade. La chèvre se réfugia dans le souterrain du château - qui existe toujours – et, quand les seigneurs furent sur le point de la capturer, celle-ci se changea subitement en une chèvre d’or, tandis que la voûte du souterrain s'effondrait entre elle et ses poursuivants.Depuis elle réapparaîtrait tous les ans, à qui entend ses pas et le tintement de la clochette qu'elle porte à son cou .  
Chèvre d'or (inf)

L’AUTEL MÉROVINGIEN ou CAROLINGIEN
de l’Église du Prieuré de Moustier en Fagne 
 
Le Prieuré de Moustier est sur le site de l’ancien monastère de Wallers, qui figure parmi les biens attribués à Charles le Chauve dans le Traité de Mersen de 870 et dont une consécration est effectuée en 844 par l'évêque de Cambrai, Thierry, à la demande de l’abbé de Lobbes, Hartbert.
Si la réforme monastique entreprise par l’évêque de Cambrai Burchard entre 1125 et 1127 n’en fera plus qu’un simple prieuré, la pierre d’autel qui a été retrouvée en 1965, enfouie dans le terrain du Prieuré de Moustier, ne peut être que celle de l’église bénédictine de l’ancien monastère de Wallers et antérieure à l’an 844. 
Cette pierre d’autel présente en effet six creux pour la consécration par l'huile, alors qu’un capitulaire sous Charlemagne oblige les autels à ne plus avoir que 5 croix ou cavités.Charlemagne ayant fondé l’école de l'abbaye de Lobbes, les moines de Lobbes, et de Moustier, ne pouvaient qu’être parfaitement informés de ce changement et l’autel ne peut remonter qu’à une époque plus ancienne que cet acte pris par Charlemagne, entre 768 et 814.    

Hôtel Mérovingien (inf)


   UNE BRASSERIE DE L’ABBAYE DE SAINT FŒUILLIEN
Dans la Maison Curiale de Wallers en Fagne
 En 1125, Burchard, évêque de Cambrai, décide de morceler l'ancien grand domaine de Wallers en Fagne (Moustier, Baives et Wallers) en accordant à la jeune fondation des Prémontrés de Saint Fœuillien du Roeux l'église de Wallers, dédiée à Saint Hilaire, évêque de Poitiers (315-367).
En 1776 et 1779, Meynart Gilbert, curé de Wallers, prêtre régulier reconnu comme procureur spécial de l'abbaye, déclare en tant que propriétaire de tous les biens fonds que Saint Fœuillien possède à Wallers, la maison pastorale, chambres, Ecurie, grange, jardin, Brasserie, fossez, appendances et dependances, le tout érigé sur deux jours environ d'héritage sis sur, tenant à la veuve nicolas Bernard d'orient, à la rivière du midÿ, au chemin de mommignies d'occident et au cimetière du septentrion.En 1791, face à la résistance du prêtre « étranger », la mairie et des administrateurs composant le directoire du département du Nord adoptèrent une certaine prudence : Nous avons reçu Messieurs, la lettre que vous nous avez écrite le treize May pour nous informer de l'obstacle qu'a apporté le Sr Meynart, religieux étranger, Curé de Wallers, à l'évacuation de ses meubles du presbytère qu'il occupe. Cette maison appartenant à une abbaye hors de la domination Française, vous avez prudemment agi de faire pourvoir provisoirement par la Municipalité du lieu au logement du nouveau Curé. 
C’est pour cette raison que Wallers en Fagne compte encore aujourd’hui une Maison Curiale - demeure fort ancienne et peu affectée par la Révolution(1) - et un Presbytère (devenu Ecomusée de la Pierre puis établissement scolaire). 

 

jep aBBAYEDonation de Wallers à la jeune fondation des Prémontrés de Saint Fœuillien du Roeux (Extrait du Cartulaire de l’ancienne abbaye. L. Devillers 1888) 

1. La maison sera quand même, comme domaine national, soumissionnée et adjugée le trois pluviose An VII, et c’est le sieur Jouniaux qui s’en rendra acquéreur. 

 LA CROIX DES CHARMILLES
dans le Parc du Château de Trélon 
Une légende « récente » et abondamment colportée Pendant près d’un siècle, les trélonais ont cru que sous la croix des charmilles se trouvaient des soldats russes. Celle légende de « la croix des russes » ne s’appuie sur aucun fait ou document historique extrait des archives familiales Merode. La rumeur paraît se propager suite à une visite du château le 15 Avril 1914, où il est signalé que « les russes, au commencement du XIXesiècle, se sont chauffés en brûlant les meubles de l’ancien mobilier » !! Cette étrange déclaration est sans rapport avec les comptes que tenait scrupuleusement le régisseur entre 1814 et 1818 et où il notait toutes les dépenses occasionnées par les rares passages d’officiers d’occupation.       

La Croix (lat)La découverte de 1833

C’est en 1833, « en creusant sous les fondations du château la nouvelle cave », que furent découverts plus de vingt cercueils. Cinquante ans plus tard (1883), E. Chevalier, dans son « Dictionnaire topographique de l’Arrondissement d’Avesnes » rappelle les inscriptions que nous pouvons toujours lire sur le piédestal de cette croix :

ICI SONT DÉPOSÉS LES

OSSEMENTS TROUVÉS DANS

PLUS DE VINGT CERCUEILS

SOUS LES FONDATIONS DU

CHATEAU DE TRÉLON EN

CREUSANT LA NOUVELLE

CAVE CONSTRUITE EN 1833

R.I.P.

  Quand l’histoire est plus intéressante que la légende

Il est bien difficile aujourd’hui, en l’absence de toute description des cercueils en 1833 et de  datations actuelles, de déterminer l’origine des ossements qui ont été déposés sous cette croix.

Toutefois, la simple accumulation des cercueils et l’ancienneté apparente de certains os mis au jour lors de travaux récents à proximité de la croix laisse à penser que l’on n’a pas trouvé en 1833 des sépultures classiques mais un lieu de dépôt de cercueils que l’on souhaitait placer dans l’enceinte du château.

La crypte de l’église de Trélon, qui s’ouvrait « dedans la chapelle » du seigneur et où ont été enterrés le  « 3e prince de Holstein et ses ancêtres », ayant été apparemment comblée bien avant 1850 (date de repavage du chœur), il est possible qu’en pleine révolution les administrateurs du château et les autorités municipales aient déplacé les cercueils de la crypte, à l’exception des plombs de protection et d’identification récupérés.        

 


 

LA PREMIÈRE CHARTE COMMUNALE

en Mairie de Trélon

 

Après l'an mille et les dernières invasions les villes se repeuplent, les commerces reprennent et des hommes libres, dont la richesse s'appuie sur le commerce et l'industrie, constituent une bourgeoisie.

Les maîtres du sol que sont les seigneurs laïcs ou ecclésiastiques, loin de contrecarrer l’esprit d’entreprise des paysans libres qui s’installent et se regroupent, vont les épauler avec des chartes de franchise.

En Thiérache, c’est avec ces villages dynamiques et ces paysans libres qui s’attaquent aux lisières forestières et aménagent les biefs des cours d’eau pour y faire installer les moulins que les Seigneurs d’Avesnes, propriétaires entre 1150 et 1230 des terres d’Avesnes, de Guise et de Thiérache, ainsi que d’autres possessions dans le Brabant hennuyer, vont traiter :

- La première charte de franchises concédée est celle d'Hirson en 1156.

- En 1158, sera rédigée la fameuse charte de Prisches, catalogue de règles codifiant la vie d’une communauté rurale, réglant à la fois le droit cicil et le droit pénal, ainsi que les rapports de vassalité avec le seigneur.

  Et c’est de cette ville nouvelle de Prisches que Jacques d'Avesnes accordera solennellement, la CHARTE DE TRÉLONil y a 850 ans, et y nommera un premier maire, Lambert.

    Charte

Copie certifiée conforme (vidimus) de la Charte de 1162, établie le 12 août 1449 par la Cour

de Mons, après la traduction de l’acte en langue romane, à la demande du seigneur de Trélon. 

ACTUALITES DU BLOG

Bientôt le blog fêtera ses 60.000 visiteurs

Je sais par les statistiques que vous êtes toujours plus nombreux à le consulter et je vous en  remercie. Une autre satisfaction vient des visiteurs résidant à l'étranger. En effet, ils représentent en moyenne le quart de la totalité des visites. (voir ci-dessous)

Capture

Cliquer sur l'image

Les nombreuses fonctionnalités du blog sont sans cesse améliorées, c'est ainsi que le moteur de recherche est aujourd'hui très performant. Il vous permet en un instant de retrouver un article avec un mot clef.

Ex : Tapez le mot "château" dans la cartouche du blog (représentée ci-dessous) et validez en cliquant sur "rechercher". Vous verrez alors apparaître tous les articles où le mot château est cité. Vous pouvez bien sûr affiner votre recherche en tapant le mot "château" suivi de son nom, par exemple "château des Carmes".

recherche

Pour ceux qui le souhaitent, il est possible de s'abonner à la newsletter, celle ci vous permettra en temps réel de connaître par mail la parution d'un article et de le visualiser par un simple clic de souris. Il suffit d'indiquer votre adresse mail et cliquer ensuite sur "m'abonner"

NEWS LETTER

Une autre amélioration se situe au niveau de l'information par flux RSS. c'est la possibilité de lire en temps réel certains articles* parus dans la presse locale en ligne. Il suffit de cliquer sur le titre de votre choix afin d'accéder au contenu.

* Bien entendu cela ne dispense pas de lire la version papier traditionnelle qui permet d'accéder à la totalité des articles

Observateur

Autre nouveauté, il existe également la possibilité de consulter en ligne le calendrier des différentes manifestations locales dans le canton de Trélon ainsi que les Estivales du Sud Avesnois. J'imagine que vous avez tous reçu les  brochures "papier" distribuées gratuitement mais qui, dans la durée, finissent toujours par disparaître. La solution "en ligne" peut alors s'avérer pratique. C'est pourquoi j'ai créé deux nouvelles rubriques (voir ci-dessous).

estivales

Si vous avez d'autres propositions ou remarques, n'hésitez pas à me contacter dans la rubrique "contacter l'auteur"

Posté par CHRIS NORD à 16:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :