L'origine de ce château remonte au XIIe siècle et plus précisément entre 1150 et 1162. Il a été érigé pour les besoins de la politique castrale menée en Hainaut à cette époque par Nicolas d'Avesnes, à l'exemple de Condé sur Escaut où celui-ci avait déjà fait ériger un puissant château fortifié entre 1143 et 1150, ainsi qu'à Landrecies à la même période. Le château est à l'origine une forteresse garnie d'un pont levis, de larges douves et de grands remparts. Stratégiquement importante, elle sera ensuite âprement disputée entre la France et la Bourgogne et ensuite l'Espagne. C'est pourquoi se succéderont de nombreux sièges , des destructions et reconstructions.

Après les sièges de Jean de Luxembourg (1478),  François 1er (1543) et Henri II (1552) la terre de Trélon entre en 1577 dans la famille de Mérode par le mariage de Louise de Blois qui épousera le baron Louis de Mérode. En 1625 le roi d'Espagne Philippe IV fera de Trélon un marquisat en faveur du baron Herman Philippe de Mérode en rattachant les villages voisins de Baives, Eppe-Sauvage, Moustier et Willes (Ohain faisant alors partie de Trélon). En 1637 (Sous Louis XIV) le château sera à nouveau assiègé par Turenne et en 1651 par le général Rose (Troupes allemandes au service du roi de France). Ces derniers sièges signeront la mort de la vieille forteresse.  Il faudra attendre le traité de Nimègue en 1678 pour voir Trélon rattaché définitivement à la France. Une nouvelle demeure sera construite en 1704 à l'emplacement de l'ancien château féodal.

 TRELON-ChâteauReproduction interdite

Sur cette gouache d'Adrien de Montigny tirée d'un album de Croy, on découvre le château tel qu'il était à la fin du XVIe siècle.

TRELON-Château 1762(photo Ph. Collin-Reproduction interdite)

Ci-dessus un aperçu du château au XVIIIe siècle, reconstruit en 1704 sur les ruines de l'ancien château féodal. Il se trouve à nouveau dans une enceinte fortifiée entourée de douves et le pont levis qui commande l'entrée est visible sur la gauche.  Le château sera à nouveau victime de la révolution et sera détruit en partie.

TRELON-Château 1850(photo Ph. Collin-Reproduction interdite)

Ci-dessus un autre aperçu du chateau avant sa transformation en 1860 par l'architecte Parent (originaire d'Avesnes) dans le style Louis XIII. Deux pavillons seront ajoutés au extrémités du corps précédent et, à l'extrémité de la façade principale une chapelle logée dans une grosse tour cylindrique creusée d'une niche monumentale (1859). Il créera surtout un perron à double révolution et remplacera les toitures à la Mansart par des hauts combles indépendants à la française avec des cheminées et des lucarnes chargées d'armoiries.

TRELON-Château6

Ci dessus le château tel qu'il se présentait à la fin du XIXe siècle, après son important remaniement de 1860

TRELON_Ch_teau_Vitrail_Ste_Hiltrude_2012TRELON_Ch_teau_Vitrail_Werner_de_M_rode_2012

(photos Ph. Collin-Reproduction interdite)

Ci-dessus, deux vitraux de la chapelle

Ch_teau_occup__1916

(Propriété Chrisnord - Reproduction interdite)

Le château allait encore connaître ensuite les vicissitudes de la guerre avec son occupation et l'installation d'une "kommandantur". Entre 1917 et 1918, le Kaiser Guillaume II y résidera plusieurs fois.

TRELON-Château2

Cette cpa partiellement colorisée des années trente nous montre la présence de frises de faîtière très décoratives qui seront malheureusement supprimées lors de la réfection des toitures au milieu du XXe siècle.

 TRELON-Château3

 Une autre cpa plus rare nous montre le château dans les années cinquante

TRELON-Château5

Une jolie cpa du château dans les années soixante

TRELON-Château 2012

Le château en 2012 après la restauration de ses cheminées entre 2009 et 2011

TRELON-Château-Escalier

Dans sa partie haute, l'escalier à double révolution a été allégé du porche massif qui abritait l'entrée principale dans le premier quart du XXe siècle. L'ensemble escalier-façade est devenu plus harmonieux

TRELON-Armoiries

Une pierre représentant des armoiries est scellée sur le mur d'un vieux bâtiment annexe, peut-être les vestiges d'un château plus ancien.

 Armoirie de Mérode

Sur le blason des de Mérode on peut lire la devise «Plus d'honneur que d'honneurs»


Mes remerciements à Philippe Collin pour ses photos. Une partie de l'historique provient de l'ouvrage de Jean Mossay (En flanant dans l'Avesnois) et de la plaquette «TRELON et son histoire», ouvrage collectif  (1978) édité à l'occasion du centenaire de la mort de Xavier de Mérode, du tricentenaire du rattachement de Trélon à la France, du quadricentenaire du Marquisat de Trélon.

© Chrisnord- 2012