BLOG474

Voici l'intérieur de l'église tel que je l'ai connu au milieu du siècle dernier. On peut-y voir la chaire à prêcher, les statues des saints les plus célèbres fixées sur les piliers, les chaises prie dieu avec leur plaque en cuivre gravée au nom de famille des paroissiens qui retrouvaient ainsi leur place libre à chaque office, tandis que des prie-dieu en velours rouge étaient disposés dans les premiers rangs et étaient uniquement réservés aux notabilités du village. A cette époque la religion occupait encore une place importante dans la vie de la population et les fidèles étaient nombreux à assister aux différents offices : Messes basses (1) et grands messes, neuvaines, mais aussi à l'occasion de sacrements et événements solennels. Tout ceci nécessitait une organisation parfaite grâce à la participation des nombreux acteurs religieux et laïcs : Curé, vicaire, diacre, enfants de choeur, sacristain, bedeau, chorale ...

A cette époque pour communier lors des offices, il fallait passer obligatoirement par le confessionnal et ce n'était pas une étape très agréable pour les plus jeunes dont je faisais partie. Il arrivait même que je confesse des fautes imaginaires afin d'être libéré plus vite avec l'absolution du prêtre.

Les messes étaient dites en latin et le prêtre officiait devant le maître-autel, dos tourné à l'assemblée : Les hommes à droite et les femmes, la tête couverte, à gauche.

A la fin de l'office, la formule liturgique "Ite missa est" (Allez, la messe est dite) prononcée par le prêtre, libérait les paroissiens.

(1) -   depuis le milieu du XVIIe siècle, une messe basse, par opposition à une grand-messe, est une messe non chantée, où le prêtre récite les prières qui ne sont pas audibles parl'assitance.

TRELON - Léglise

Cpa de l'église (vue de face) au début du XXe siècle

 Les reconstructions de l’église du 16 au 19ème siècle
 
- Le chœur, la chapelle du seigneur (utilisée actuellement comme première sacristie) et la première partie du corps central de l'église abritant les 2 autels latéraux et les 2 colonnes rondes pourraient dater de 1578. Cette partie, la plus ancienne de l'église actuelle, aurait été ainsi réédifiée suite à un accord passé entre l'Abbé de Liessies et Monsieur de Trélon [Louis III de Blois] le 7 Mai 1563 pour "faire un plus grand chœur que n'estait l'ancien".
 
- La seconde partie du corps central de l'église aurait été reconstruite après les dernières grandes destructions de 1637 et de 1651-52, comme l'attestent les 2 portes cintrées, maintenant murées, portant à leurs clés les dates de 1673 et de 1706.
 
- La tour-porche actuelle, à base carrée et avec un nouveau clocher, est édifiée en 1825 et en 1874 une nouvelle horloge y est posée.
 
- La seconde sacristie, est réalisée en 1893 par l'entrepreneur Adolphe Dimanche.

(Sources : JEP du 14 septembre 2013)

TRELON - L'église2

Cpa de l'église (vue latérale) au début du XXe siècle 

TRELON L'église 2009

L'église de nos jours

ivr31_01591693x_p[1]

Le Presbytère avec ses chiens-assis (Fin XVIIIe, début XIXe)

TRELON - Presbytère

Le presbytère de nos jours

TRELON-L'ancien Presbytère

L'ancien Presbytère se situait côté Mairie et légèrement plus proche de l'église (1er quart XIXe).

Lien connexe :

TRELON - L'Eglise Saint Léger - CHRISNORD TRELON (Nord)

Mais qu'est donc devenu le trésor de l'église Saint Léger ? J'avais fait paraître un article sur ce sujet le 4 mars 2011 (cliquer ) et à l'approche des journées du patrimoine, j'ai pensé qu'il serait judicieux de faire découvrir un jour à la population les différentes pièces qui composent ce trésor et notamment le reliquaire de Saint Léger (voir ci-contre).

http://chris59132.canalblog.com