J'ai récemment évoqué dans ces pages, le riche passé industriel de Fourmies et l'apparition qui suivit de belles demeures patronales, de maisons de maître et autres maisons bourgeoises, de la fin du XIXe jusqu'au début du XXe siècle. Voici, à un degré moindre, un autre aperçu de ces constructions qui concernent cette fois la ville de Trélon. D'autres villes comme Avesnes sur Helpe, Avesnelles, Anor, Glageon, Ohain, Sains du Nord et Wignehies suivront dans les mois à venir. Bien sûr, je n'ai pas la prétention de rédiger ici un relevé méthodique de ces anciennes demeures, mais simplement l'envie de faire prendre conscience à chacun de l'impact visuel positif qui participe largement à l'attrait touristique et à l'histoire de notre région. C'est pourquoi, lorsqu'il n'est pas trop tard, il faut continuer de sauvegarder cet habitat d'exception. 

TRELON - La Mairie 

(Rue A. Briand)

L'Hôtel de ville date du troisième quart du XIXe siècle. Il comporte deux étages ainsi qu'un étage de comble doté de deux lucarnes en zinc.  Son fronton offre la particularité de posséder une horloge. La façade du rez de chaussée est entièrement revêtue d'un parement en pierre bleue de la région, tout comme les cinq travées, les deux chaînes d'angle et les encadrements d'ouvertures légèrement cintrées,  entre lesquels vient s'intercaller la maçonnerie de brique orangée rendant ainsi l'édifice plus chaleureux et harmonieux.

(Architecte : Jules Fievet - Entrepreneur :  Bruno)

TRELON - Rue Clavon

(Rue Clavon)

Cette superbe Maison patronale du XIXème siècle et ses treize fenêtres en façade, témoigne de "l'âge d'or" de la Verrerie «Pailla-Collignon-Clavon». Elle fut bâtie à l'entrée même de la verrerie, pour les besoins du patron de cette époque. L'édifice a été transformé en hôtel géré par un Centre de Loisirs qui occupe cet ancien site verrier.

TRELON - Rue de La Liberté (2)

(Rue de La Liberté)

Je ne m'étendrai pas en détails sur ce très rare exemplaire de maison patronale de style "Arts déco" appelée  Maison Falleur. En effet, celle-ci a déjà été évoquée à plusieurs reprises dans ces pages au regard de son éventuel sauvetage. Hélas, celui-ci semble  de plus en plus compromis aujourd'hui. 

TRELON - Rue de La Liberté

(Rue Victor Hugo)

Cette jolie maison de type "villa"  est agrémentée d'un bow-window au sol surmonté d'un balcon. Elle abandonne les courbes décoratives au profit de lignes droites et angles droits plus modernes, sans doute vers le début du XXe siècle. Elle a appartenu à un ancien Maire (Marcel Beaumez).

TRELON - Rue de La Liberté1

(Rue Victor Hugo)

Cette belle Maison de maître comprend un corps central avec balcon, cantonné de deux ailes dissymétriques mitoyennes, situées en retrait. La mmaçonnerie est en brique, le soubassement, l'encadrement des baies et la corniche en pierre calcaire bleue. La façade qui a été peinte par le propriétaire actuel, met en valeur des fers d'ancrage astucieux et rares, ceux-ci nous renseignent sur la date de construction (1855).

TRELON - Rue Salengro

(Rue Roger Salengro)

Cette ancienne Maison de maître possède elle aussi des fers d'ancrage qui nous indiquent la date de d'édification : 1826. Avant qu'elle ne devienne une Gendarmerie, elle appartenait à la famille Beghin.

TRELON - Rue Foch

(Rue du Maréchal Foch)

Cet immeuble de la fin du XIXe siècle a été transformé en commerce au cours du XXe siècle. Il offre la particularité rare de posséder un belvédère d'observation !

TRELON - Rue V

(Rue Victor Hugo)

Cette maison de maître date du 4ème quart du XXe siècle. Elle est encadrée de deux pavillons en rez-de-chaussée et précédée par une cour, un jardin se trouve à l'arrière de la parcelle. Elle comporte trois oeils-de-boeuf à décor en zinc et un balcon. Les ouvertures sont cintrées. La maçonnerie est en brique, l'encadrement de la porte en calcaire.

TRELON - Rue V

(Rue Victor Hugo)

Ce bel immeuble  (fin du XIXe siècle environ)  accueille de nos jours les Services du Trésor Public, après avoir hébergé longtemps une Agence bancaire du Crédit du Nord.

TRELON-Maison Knidler

(Rue A. Briand)

Datée du 4ème quart du XIXe siècle, cette maison de maître appartenait à la famille Knidler dont la Bonneterie se situait à proximité. Par son aspect monumental et son décor de céramique, attire le regard par rapport aux maisons traditionnelles  plus anciennes de la place. Les ouvertures sont cintrées. La maçonnerie est en brique et le soubassement et les linteaux en pierre calcaire bleue. Cette belle bâtisse est à vendre !

TRELON-La Place

(Rue A. Briand) 

Ci-dessus un aperçu panoramique de cette rue au cœur du centre-ville, face à l'église. 

TRELON-Les Carmes

 (Rue R.Salengro)

Historique : De 1873 à 1885, cet ancien couvent est réaménagé en demeure de plaisance pour la famille Moreau de la Tour-Godard-Desmaret. En 1927, l'ensemble est racheté par la commune pour le transformer en hospice de vieillards et d'infirmes. L'hospice est officiellement inauguré en 1933. De 1979 à 1983, ainsi qu'en 1989, l'hospice est modernisé et une extension est réalisée.

Description : Le bâtiment de plan rectangulaire, comprend un étage et un étage de comble. La maçonnerie est en brique, le soubassement, les bandeaux et les chaînes d'angle en calcaire. Les ouvertures, légèrement cintrées, sont composées d'une alternance de brique et de dés de calcaire. Un fronton à volutes et deux balcons ont été rajoutés dans la deuxième moitié du 19e siècle à la construction initiale de 1724. La maison construite en 1826 pour le verrier Hippolyte-Louis Godard-Desmarest comporte un étage et cinq travées. Par l'emploi du calcaire pour le chaînage d'angle, les bandeaux, l'encadrement des baies, le soubassement et des ouvertures surmontées de linteaux droits, elle est caractéristique des maisons de l'Avesnois du milieu du 19e siècle.  

TRELON-Place Comère (2)

(Place Comère)

La première maison à gauche semi-mitoyenne et implantée en retrait date probablement du XVIIIe siècle. Elle aurait appartenu au XIXe siècle à un maître de forge puis à un maître-verrier. Elle comprend six travées. La maçonnerie est en brique et les ouvertures légèrement cintrées sont en calcaire, ainsi que le soubassement, les chaînes d'angle et le bandeau qui prolonge les appuis de fenêtres. La corniche est denticulée et la toiture comporte deux lucarnes. 

TRELON-Rue A

(Rue A. Briand)

TRELON-Rue A

(Rue A. Briand)

Cette habitation partiellement mitoyenne date de 1854. La façade a conservé ses fers d'ancrage. La maçonnerie est en brique, le soubassement, le bandeau, les chaînes d'angle et l'emmarchement en pierre calcaire bleue, l'encadrement des baies alterne dés de calcaire et brique.  

 TRELON-Rue Calmette

(Rue V. Hugo)

Cette demeure du début du XXe siècle fut longtemps occupée par le fondateur d'une entreprise de transport routier (Williame) dans la seconde moitié du XXe siècle.

TRELON-Rue Chartiaux

(Rue Chartiaux)

TRELON-Rue de La Liberté

(Rue de La Liberté)

Cette demeure fut la propriété de la famille Lagneau (Entreprise de mécanique).

TRELON-Rue de Verdun (2)

(Rue de Verdun)

Cette maison atypique, sans doute du début du XXe siècle, a été réalisée entièrement en brique (voir façade ci-dessous).

 

TRELON-Rue de Verdun3

TRELON-Rue de Verdun

(Rue de Verdun)

Cette maison à cinq travées date du milieu du XIXe siècle. De plan carré, partiellement mitoyenne, marquant un angle. Elle a conservé ses fers d'ancrage. Les ouvertures sont surmontées de linteaux droits. La maçonnerie et la corniche denticulée sont en brique, le soubassement, le bandeau, les linteaux et les appuis de fenêtre en pierre calcaire. La porte est encadrée par deux pilastres toscans.

TRELON-Rue Delval

(Rue Delval)

Cette belle demeure de style cottage anglo-normand vient quelque-peu troubler l'architecture traditionnelle du village.

TRELON-Rue Delval2

(Rue Delval)

Cet immeuble mitoyen à logements date de 1863. Il appartenait à la famille Thibaux. Il est situé en retrait avec une grille située devant une porte cochère qui permet d'accéder aux écuries. La façade a conservé ses fers d'ancrage. La maçonnerie est en brique, le soubassement, les linteaux, les appuis de fenêtre en pierre calcaire bleue. Les initiales "MD"figurent sur la porte. 

TRELON-Rue du Canada

(Rue du Canada)

Cet immeuble du début XXe siècle a été bien restauré.

TRELON-Rue du Mal Foch

(Rue du Maréchal Foch)

La partie principale du logis a été construite en 1786, sans doute pour un maître-verrier, originaire de Baccarat. Au XIXe siècle a été réalisée une extension au nord et un petit corps de bâtiment a été ajouté au sud en 1942-43. Elle a servi d'étude de notaire au début du XXe siècle, puis sera occupée par Maurice Falleur qui dirigeait alors l'usine de tissage située rue Ansiaux. Une petite pièce au rez-de-chaussée conserve un décor de boiseries représentant des instruments de jardinage. A l'arrière un grand parc rejoint la rue du Canada.

Le logis  comporte huit travées. Les ouvertures sont cintrées ; une marquise a été refaite à l'identique par les actuels propriétaires en 1998. Les tuiles faîtières sont conservées. La maçonnerie est en brique, le soubassement, les chaînes d'angle, l'encadrement des baies et les appuis de fenêtre sont en pierre calcaire. Le bâtiment secondaire devait avoir un rôle de remise à voiture, car malgré des modifications, une porte cochère a été conservée.

TRELON-Rue du Maréchal Foch

(Rue du Maréchal Foch)

Cette Maison de maître fut occupée par la famille Haffemayer. Elle date du 4ème quart du XIXe siècle. La façade a conservé des fers d'ancrage et la toiture comporte une demi-croupe. Les ouvertures sont surmontées de linteaux droits. La maçonnerie est en brique ; le soubassement, les linteaux et les appuis de fenêtre sont en pierre calcaire bleue. Deux pavillons en rez-de-chaussée sont placés symétriquement de part et d'autre de la maison.

TRELON-Rue du Maréchal Foch1

(Rue du Maréchal Foch)

Cette Maison de maître (Fin XIXe-Début XXe siècle) fut occupée par la famille Pailla, elle est partiellement mitoyenne. L'accès est fermé par une grille. Les ouvertures sont très légèrement cintrées, la toiture comporte deux demi-croupes. Une lucarne est entourée de deux oeils-de-boeuf et une marquise agrémente la façade. La maçonnerie et la corniche denticulée sont en brique. L'encadrement des baies est en brique surmonté d'un dé de pierre calcaire bleue ; le bandeau, l'emmarchement et les appuis de fenêtre sont en pierre calcaire bleue. 

TRELON Rue Foch

(Rue du Maréchal Foch)

Cette ancienne gendarmerie limite 18e et 19e siècle est située en retrait de la route. Elle était composée de deux bâtiments implantés perpendiculairement l'un par rapport à l'autre autour d'une cour, encore visibles en 1882. Seul le bâtiment parallèle à la voie a été conservé. La maçonnerie est en moellons de pierre calcaire bleue et les ouvertures légèrement cintrées. C'est devenu un immeuble à logements.

 TRELON-Ferme Hostelet

(Rue Clavon)

Cette ancienne fermeFerme datant du 1er quart du 19e siècle est placée perpendiculairement à la voie et s'organise autour d'une cour. Elle adopte un plan en "L". Elle a été réhabilitée en Gite par la Ville de Trélon. A noter que dans la seconde moitié du XXe siècle, outre les fermes exploitées sur le territoire de Trélon, il existait encore de nombreuses fermes exploitées dans le village même : Ferme Lecerf (ci-dessus), Ferme Naveau, Ferme Thibaux,  Ferme Baye, Ferme Hermans, Ferme Lefranc, Ferme Waroquier ...

TRELON-Le Bol Vert

(Rue Clavon - Site du Bol vert)

Ci-dessus un bel exemple de restauration sur ce superbe bâtiment de l'ancienne verrerie (XIXème siècle)

 TRELON-Rue

(Rue A. Daubercies)

A l'entrée de cette petite rue, on peut découvrir ces deux anciennes petites maisons (fin XIXe), dont l'une servit de commerce à un bijoutier-horloger (Boudens). C'est peut-être ce qui explique la présence d'une horloge entre les deux lucarnes en zinc. On note aussi la présence de fers d'ancrage peux communs sur la première maison.

TRELON-Rue A

(Rue A.Briand)

Le presbytère est daté fin 18e ou début 19e siècle. L'immeuble est mitoyen et comporte à l'origine cinq travées, des corbeaux et deux lucarnes . Les ouvertures sont cintrées. La maçonnerie est en brique ; le soubassement, l'encadrement des baies et le bandeau sont en pierre calcaire bleue.

TRELON-Rue Clavon

(Rue Clavon)

A cet endroit de la rue beaucoup d'immeubles anciens (début XXe siècle) ont été restaurés. La maçonnerie et la corniche sont en brique. Des bandeaux de céramique à motifs de losange animent la façade, ainsi que les appuis de fenêtre en pierre calcaire bleue. L'emmarchement est également en calcaire . Ici on a préservé  et restauré les fenêtres en saillie rares dans la région. C'est du plus bel effet !

TRELON-Rue du Fourneau4

Rue du Fourneau

TRELON-Rue du Mal Foch3

(Rue du Maréchal Foch)

Ce bel immeuble (XIXe siècle) est partiellement mitoyen.  La maçonnerie est en brique, le haut soubassement, les travées et les chaînes d'angle en calcaire. La corniche denticulée est en brique. J'ai le souvenir que la partie droite du rez de chaussée servit de cabinet dentaire dans le milieu du XXe siècle.

TRELON-Avenue de la Gare

(Rue Léo Lagrange)

Cet immeuble massif et complexe (Fin XIXe-Début XXe siècle) est Isolé. Situé près de la Gare il abrita longtemps un débit de boissons au cours du XXe siècle.

TRELON-Dispensaire

(Rue Clavon)

Historique : Cette bâtisse date du 3e quart du 18e siècle et 19e siècle.  Vers 1760, une communauté de Soeurs Grises issue de l'ordre franciscain y crée un dispensaire. Elle comprend à ses débuts trois ou quatre soeurs soignantes. Les soeurs quittent la commune vers 1798. Le bâtiment retrouve sa vocation de lieu de soins et une aile en retour est bâtie au 19e siècle pour accroître la capacité d'accueil des lieux. Le dispensaire fermera définitivement dans le troisième quart du XXe siècle. C'est aujourd'hui une habitation privée.

Descriptif : De plan carré, le dispensaire  est constitué d'une maison d'habitation en moellons de calcaire, à quatre travées,  Elle est prolongée par une aile en brique en retour sur l'arrière. Les ouvertures sont surmontées de linteaux droits et la maçonnerie est en moellons de pierre calcaire bleue, ainsi que l'encadrement des ouvertures, seule la corniche denticulée est en brique.  

TRELON-Rue Ansiaux (2)

(Rue Ansieau)

Cette jolie maison  de maître a été repeinte, ce qui la rend particulièrement lumineuse. Elle possède toutes les caractéristiques de ce type d'habitation vers la fin XIXe siècle. Au cours du XXe siècle, j'ai le souvenir qu'elle appartint à un industriel forain (Marnef). 

TRELON-Rue Ansiaux

(Rue Ansieau)

Ces trois maisons ouvrières datent du 3e quart du 18e siècle. Les ouvertures sont cintrées. La maçonnerie est constituée de moellons de pierre calcaire bleue. L'encadrement des baies alterne pierre calcaire et brique.   

TRELON-Rue Ansiaux3

(Rue Ansieau)

Cette ferme fut longtemps exploitée par Arnould Waroquier au milieu du XXe siècle. 

TRELON-Rue Clémenceau

(Rue Clémenceau)

Ici aussi la bâtisse a été repeinte (voir plus haut), mais elle possède aussi toutes les caractéristiques de ce type de construction vers la fin du XIXe siècle, voire début du XXe.

TRELON-Rue Clémenceau1

(Rue Clémenceau)

Cette ferme isolée et située en retrait a longtemps appartenu à la famille Baye. Elle comporte trois époques de construction : le fenil date du 18e siècle, le logis du milieu du 19e siècle et la grange de la seconde moitié du 19e siècle. La tourelle circulaire surmontée d'un toit polygonal ne figure pas sur le cadastre de 1882. Celle-ci est surmontée d'un toit polygonal. Les ouvertures sont surmontées de linteaux droits et la toiture comporte une demi-croupe. La maçonnerie et la corniche denticulée sont en brique, hormis un élément de mur en moellons ; le soubassement, l'encadrement des baies et le bandeau sont en calcaire.

TRELON - Rue de La Fonderie

(Rue de La Fonderie)

Sans doute une des seules demeures du village à posséder une architecture aussi avant-gardiste.

TRELON-Le Champ d'Asile

(Rue du Champ d'Asile)

Ici c'est un chalet Suisse merveilleusement exposé, mais sur lequel il m'est difficile de faire un commentaire !

TRELON-Rue Clémenceau4

(Rue du Maréchal Foch)

La ferme Naveau fait partie des anciennes fermes implantées en ville qui ont conservé leurs dépendances (voir plus haut). Voisin de celle-ci, je l'ai bien connue en activité au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Le bel immeuble d'habitation date sans doute de la seconde moitié du XIXe siècle. Il a la particularité de posséder un rez de chaussée très surélevé, accessible par une terrasse maçonnée, ouverte en son centre par un escalier en pierre.  

TRELON-Rue de La Liberté3

(Rue de La Liberté)

Ce bel immeuble en pierre situé près de la Salle des fêtes fut autrefois un estaminet. Il est aujourd'hui occupé par une association locale. 

TRELON-Rue de La Liberté4

(Rue de La Liberté)

La façade de cette jolie demeure possède un bow-window surmonté d'un balcon. La façade a été enduite mais le résultat est plutôt réussi. A noter que cet immeuble et ses dépendances servirent au siècle passé de Recette locale à l'Administration de l'Enregistrement et des domaines. 

TRELON-Quartier du Tissage

(Quartier du Tissage) 

TRELON-Rue Foch3

(Rue du Maréchal Foch)

Cette ancienne ferme (Thibaux) a été transformée en logements.

TRELON-Rue Robert Fontesse

(Rue Robert Fontesse)

TRELON-Rue V

(Rue Victor Hugo)

TRELON-Rue V

 (Rue Victor Hugo)

Maison composée d'un corps central et de deux pavillons, partiellement mitoyenne. Les ouvertures sont surmontées de linteaux droits et la toiture a conservé des épis de faîtage. La maçonnerie et la corniche denticulée sont en brique, le soubassement, le bandeau, les linteaux et les appuis de fenêtre en pierre calcaire. Les montants des portes du corps central et du pavillon de gauche sont couronnés de pilastres toscans.

TRELON-Rue Victor Hugo1

(Rue Victor Hugo)

Cette ancienne demeure appartenait à la famille Hornaert (Exploitant d'une sablière entre Trélon et Ohain)  

TRELON-Rue Zola (2)

(Rue Emile Zola)

Cette belle demeure (XIXe ?) comprend une Etude Notariale avec un accès sur la Rue Neuve.

TRELON-Rue Zola (3)

(Rue Emile Zola)

Ci-dessus et dessous, voici des anciennes fermes restaurées et transformées en agréables logis.

TRELON-Rue Zola (4)

(Rue Emile Zola)

TRELON-Rue Zola1

(Rue Emile Zola)

TRELON-Rue Zola3

(Rue Emile Zola)

TRELON-Rue Zola9

(Rue Emile Zola)

Ci-dessus "la Maison Dimnet" et son atypique bow-window tellement démesuré, qu'il semble écraser la petite maison. A ses côté une autre jolie demeure (fin XIXe-début XXe siècle).

TRELON-Le Gazomètre

(Rue du Gazomètre)

TRELON-Place de La Piquerie

(Place de La Piquerie)

Cette maison, étroitement liée au château voisin, date de la première moitié du 19e siècle. Elle comporte huit travées. La façade a conservé des fers d'ancrage. Les ouvertures sont surmontées de linteaux droits. La maçonnerie et la corniche denticulée sont en brique ; le soubassement, les chaînes d'angle, le bandeau et l'encadrement sont en pierre calcaire. Une extension a été ajoutée, mitoyenne du bâtiment principal.

TRELON-Rue Guillaume Deltour

(Rue Guillaume Deltour)

TRELON-Place Joffre

(Place Joffre)

Dans la seconde moitié du XXe siècle, cet immeuble fut longtemps un commerce à l'enseigne "Boucherie-Charcuterie Lorraine" dont j'ai bien connu l'exploitant (Raymond Keller). C'est aujourd'hui un des plus vieux immeubles de Trélon (année 1760 visible). Il s'agit de maisons jumelles, à trois travées, partiellement mitoyennes, situées sur rue. La maçonnerie est en moellons de pierre calcaire bleue ; l'encadrement des baies est en brique et en pierre calcaire bleue, la corniche denticulée en brique. C'est aujourd'hui devenu un immeuble à logements.

TRELON-Rue Zola11

(Rue Emile Zola)

C'est une des plus vieilles demeures de Trélon puisqu'elle date de 1723.  A l'origine une première maison des Carmes était implantée à cet endroit. Trop à l'étroit, les religieux obtiennent en 1724 de la duchesse Marie-Célestine de Holstein-Rethwisch la reconstruction du couvent sur un nouvel emplacement. Le nouveau couvent des Carmes est édifié entre 1724 et 1729.
L'Ancien couvent du 18e siècle est alors transformé en maison et remanié au début du 20e siècle avec la mise en place d'un enduit ciment, la création d'un balcon et de trois lucarnes hors d'échelle. Le bâtiment comporte trois travées. Les ouvertures sont surmontées de linteaux droits, aux angles adoucis au rez-de-chaussée. Un décor de têtes de lion encadre la porte centrale.

TRELON-Le cimetière

(Rue du Pont Seru)

Pour clôturer ce long article, j'ai choisi une photo du vieux cimetière. En effet, au XIXe siècle, ce sont certains propriétaires d'immeubles d'exception qui avant même leur décès, choisissaient leur dernière demeure et celle de leur famille. Tout comme leurs habitations, ces monuments funéraires sont souvent ostentatoires mais aussi les témoins d'un passé révolu.

AVERTISSEMENT :

Cet article est le fruit d'un travail personnel, et à ce titre il est susceptible d'erreurs ou d'ommissions. Cependant l'article n'est pas figé et peut à tout moment être complété ou rectifié. C'est pourquoi je pourrais ultérieurement ajouter d'autres photos, certains immeubles ne permettant pas d'être correctement photographiés aujourd'hui. Enfin, il faut savoir que tout visiteur du blog peut me contacter à la rubrique "contacter l'auteur" afin d'apporter des précisions, transmettre des photos, ou encore  alimenter la rubrique "commentaires".