IMG_7332 (1)

Par temps clair, chacun a pu observer au loin la présence d'éoliennes, depuis la sortie de Trélon en direction de Chimay (Belgique). Celles-ci sont pourtant implantées à 21 kms ! (par la route). Ce parc éolien comporte 9 éoliennes et la ville de Chimay qui a besoin d'argent va plus que doubler la taxe :

EOLIENNES 

(Source : La Nouvelle Gazette)

Il s’agit d’une décision du conseil communal qui touche principalement la société Green Wind. Cette filiale belge d'un groupe portugais possède 30 éoliennes dans la région dont neuf sur le territoire de Chimay.
Elle devra donc débourser 315 000 euros pour payer ces taxes à partir de janvier 2018, au lieu de 135 000 aujourd'hui.

Tanguy Dardenne, 1er échevin s'explique :

"Quand on instaure une taxe, il faut prouver que la société a les moyens pour payer cette taxe et que ça ne mettra pas en péril l’activité. Nous avons donc analysé leur compte : Pour une année, une éolienne fait plus ou moins 335.000 euros de bénéfices. Ils se font des bénéfices gigantesques. La Ville de Chimay considère donc qu’elle peut se permettre de demander un pourcentage de 10 % sur les bénéfices qu’ils font grâce aux éoliennes installées sur le territoire. La taxe est validée par le Conseil d’État. Green Wind n’a aucun retour au niveau de l’emploi, ni de la commune. Les éoliennes ont aussi un impact paysager, on subit les nuisances. Donc la taxe est la contrepartie de cela. Ce n’est pas pour financer quelque chose qu’on gère mal."