03 mars 2011

LIESSIES - L'Eglise Saint Jean

LIESSIES_Eglise__7_

Voici une cpa colorisée représentant cette charmante petite église vers 1920 dont l'histoire est étroitement liée à celle de l'abbaye aujourdhui disparue. Par rapport au clocheton d'aujourd'hui qui est bardé d'ardoises  (photo récente ci-dessous), on constate que celui ci était initialement en briques apparentes avec une cadran d'horloge excentré.

LIESSIES_Eglise__3_

Le clocheton ainsi restauré est beaucoup plus harmonieux

LIESSIES_Eglise__4__

Beaucoup de changements aussi à l'intérieur si l'on compare cette cpa colorisée du début du XXe siècles et la suivante un peu plus récente. Les nombreuses statues qui ornent l'entrée du choeur ont été enlevées ainsi que les deux tableaux du chemin de croix.

LIESSIES__6_

Deux bustes en marbre blanc encadrent désormais le choeur et représentent Saint Hiltrude à droite et son frère Gontrad à gauche. La voûte est pourvue d'une ceinture périphérique en bois sur laquelle reposent des arceaux, sans doute pour consolider et agrémenter à la fois l'édifice tout en obtenant un aspect général plus chaleureux.

LIESSIES_Eglise__1_

Le buste de Sainte Hiltrude couronné de roses, et celui de son frère Gontrad, proviennent de l'abatiale édifiée par l'abbé Antoine de Winghe au début du XVIIe siècle.

LIESSIES_Eglise

Dans l'église, entre autres oeuvres, on peut découvrir cette huile sur toile de grande dimension. C'est Crayer, un grand peintre anversois, proche de Rubens, qui réalisa à la demande de l'abbaye, quatre toiles ayant trait à la vie de Sainte Hiltrude : Sainte Hiltrude demandée en mariage, Sainte Hiltrude s'enfuie dans les bois, Sainte Hiltrude recevant le voile des mains d'un évêque, la retraite de Sainte Hiltrude dans sa cellule. Toutes ces toiles dateraient de 1669, année où l'artiste est mort.

LIESSIES_Eglise__5_

Ci-dessus, une autre photo récente de l'église. C'est elle qui constituait la véritable entrée de l'abbaye, comme on peut le voir ci-dessous sur cette superbe  illustration réalisée en perspective cavalière (Album de Croy)

abbaye1Liessies

Liens utiles :

 http://chrisnord.sportblog.fr/search/Hiltrude/

 http://chrisnord.sportblog.fr/737300/LIESSIES-L-Horloge-de-L-Abbaye/


01 mars 2011

GLAGEON - La Carrière

 

AVESNES_Blavet

Autrefois il existait plusieurs carrières à Glageon dont une célèbre carrière de Marbre. La seule qui fonctionne encore aujourd'hui existe depuis le début du XIXe siècle. Elle fut reprise en 1922 par Célestin Fillion et Pierre Blavet. A cette époque Charles Bocahut est Maître de Carrière à Haut-Lieu. En 1961 la Société Bocahut reprend la Carrière de Glageon. En 1997, Bocahut devient GCA (Groupement Carrières de l'Avesnois)

 GLAGEON_La_Carri_re__3_

Liens connexes :

http://chrisnord.sportblog.fr/666940/GLAGEON-La-Carriere/

 http://chrisnord.sportblog.fr/848079/AVESNOIS-Statistiques/

Posté par CHRIS NORD à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

FOURMIES - Quartier de La Marlière

FOURMIES_Panorama

Ci-dessus, une cpa de ce quartier fourmisien dans les années soixante. A cette époque on est très fier de montrer l'aspect moderne de ce nouveau type d'habitat, au point d'en éditer une carte postale. Au début de la seconde moitié du XXe siècle beaucoup de villes doivent faire face à une pénurie de logements locatifs. Le parc immobilier du siècle précédent est souvent devenu vétuste et inadapté. Il faut donc construire rapidement, d'autant que l'activité économique est importante, c'est la période des"30 glorieuses" (1945-1975). On construira donc de grands ensembles avec leurs  barres d'immeubles, mais souvent trop vite et à moindre coût. Aujourd'hui, dans le cadre du programme national de rénovation urbaine et de la nouvelle politique d'aménagement urbain, la démolition est très souvent la meilleure réponse pour résoudre les problèmes d'un quartier afin d'essayer de diminuer l'isolement, l'anoymat, le mal-être, la délinquance ... C'est ce qui est prévu à Fourmies. La tour Plein-ciel et le quartier des fleurs seront détruits cette année et il est prévu la construction de 46 logements jusqu'en 2013.

Lien connexe :

http://chrisnord.sportblog.fr/759574/FOURMIES-Tour-et-Residence-Bellevue/

Posté par CHRIS NORD à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 février 2011

AVESNES SUR HELPE - La Rue Cambrésienne

Avesnes_Rue_Cambresienne

Les cartes postales anciennes de cette rue sont plutôt rares. Néanmoins en voici une qui doit dater des années trente. Comme dans l'article précédent (fin des années vingt), les véhicules sont encore peu nombreux. N'oublions pas que la crise américaine de 1929 ne se fera ressentir en france qu'en 1931. C'est l'époque des Rosalies et Peugeot 201. Ces voitures populaires sont produites en grande série et vendues à un prix attractif, ce qui leur permettra de traverser la crise économique sans trop de difficultés.

ANOR - Rue de la Gare

ANOR_Rue_de_la_Gare

Ci-dessus, une jolie cpa de la fin des années vingt. L'automobile commence à se développer mais les voitures  se comptent encore sur les doigts de la main. Au centre on peut voir ce qui pourrait-être une Citroën B12 Torpédo, modèle 1925.

Posté par CHRIS NORD à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 février 2011

GLAGEON - L'Industrie Textile

GLAGEON_SFRF

Comme d'autres communes voisines, Glageon n'a pas échappé à la désindustrialisation. Des usines ont disparu  mais il en subsiste encore quelques-unes comme le Tissage du Moulin aujourd'hui occupé par la Communauté Emmaüs, ou encore le site textile (SFRF) qui fut réhabilité par la communauté de communes (Guide du Pays de Trélon) pour accueillir en 1982 la Société Cabasse, fabriquant réputé d'enceintes acoustiques. Après la cruelle désillusion subie par l'intercommunalité suite au départ de cette société, une autre société prit possession des lieux, en l'occurrence Vachette-Industries, spécialisée dans la fabrication de brosses pour l'industrie. Dernièrement cette entreprise qui n'employait plus que 8 salariés vient elle aussi de cesser son activité à Glageon. La Communauté de communes du Guide se retrouve donc aujourd'hui avec un bâtiment de 6000 m² sur les bras.

 

GLAGEON_SFRF__3_

Ces immenses bâtiments aux toitures en dents de scie  semblent figés dans un silence de mort. Nulle fumée sort de la cheminée, aucun bruit de machine ne transparaît, mais au delà, le plus désespérant c'est l'absence humaine, les allées et venues des employés qui rythment le coeur même de l'usine et la font respirer jusqu'à son dernier souffle.

GLAGEON_SFRF__2_

Cette vue par satellite nous donne une idée de la taille des bâtiments devenus inutilisés, voire inutiles. Mais aujourd'hui quel usage doit-on en faire ? Les décideurs doivent-ils continuer obstinément à vouloir les restaurer et les entretenir aux frais du contribuable, afin d'accueillir un hypothétique occupant avec quelques emplois à la clef ? Il faudra tôt ou tard répondre à ces questions !

TRELON - La Rue du Maréchal Foch

TRELON_Rue_du_Mar_chal_Foch

Si on compare avec aujourd'hui, il n'y a pas de grands changements sur cette cpa vers 1920. On note simplement que le petit bâtiment à droite qui sert de garage à un particulier, était utilisé à l'époque comme abri du matériel des sapeurs-Pompiers et notamment de la pompe d'incendie et plus tard de la moto-pompe.

(Cliquer sur l'image pour zoomer)

Posté par CHRIS NORD à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 février 2011

WIGNEHIES - La Laiterie

WIGNEHIES_La_Laiterie

Seule laiterie du sud-Avesnois avec Eppe-Sauvage, Ohain et Sains du Nord, voici une CPA rare de celle-ci au début des années trente. A cette époque toutes les laiteries fonctionnent avec des machines à vapeur indispensables pour chauffer le lait et nettoyer le matériel. Presque toutes, possèdent des installations frigorifiques. Celles-ci permettent d'obtenir une bonne fabrication durant la saison chaude, et de conserver quelque temps les produits invendus en parant ainsi à une mévente éventuelle. Aussitôt reçu le lait est écrémé au moyen de puissantes centrifugeuses, et la crème après fermentation dans des cuves spéciales est barattée mécaniquement pour obtenir le beurre. Le lait écrémé est parfois remis au producteur pour être utilisé à l'engraissement des porcs ou à l'élevage des veaux. Le beurre produit est en général exporté dans les villes industrielles du Nord de la France. A noter que certaines laiteries ont annexé une fromagerie, généralement pour la production du Maroilles.

16022011_005

Si ils ont servi un temps à héberger la Société Roth, elle aussi disparue, les bâtiments de la laiterie sont aujourd'hui abandonnés. La nature est entrain de reprendre ses droits. L'observation d'une ruine nous renvoie souvent à notre propre existence et nous invite à méditer avec mélancolie sur notre propre disparition. C'est peut-être ce qui motive inconsciemment beaucoup de gens à rendre une seconde vie à de vieux bâtiments. C'est plus vrai encore quand ceux-ci peuvent témoigner d'un passé  glorieux, qu'il soit historique ou industriel, tout comme cette vieille laiterie.

Articles connexes :

http://chrisnord.sportblog.fr/search/LAITERIE/

http://chris59132.canalblog.com/archives/2011/01/06/20058403.html

Posté par CHRIS NORD à 11:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

24 février 2011

GLAGEON - La Brasserie Vieville-Pavot

Cette Brasserie-Malterie date de la première moitié du XIXe siècle. Elle fut ensuite reprise par la famille Bernard-Lemaire en 1927 puis Bernard-Champagne en 1946  pour devenir ensuite dépositaire de boissons  dans la seconde moitié du XXe siècle (Vieville-Pavot et Sté SOGEDIB). L'ancienne brasserie et les entrepôts ont été vendus à une Société de Pompes Funèbres.

GLAGEON_Brasserie

Ci-dessous, la Brasserie telle qu'elle est aujourd'hui

16022011_028

Une partie des entrepôts a été reconvertie en funérarium d'un accès facile et doté d'un grand parking  

16022011_031

23 février 2011

BAIVES - Le Four à chaux

22022011_009

Sur cette cpa on aperçoit les wagonnets de mine qui devaient être acheminés jusqu'au dessus du four. La pierre calcaire était extraite à l'aide d'explosifs. Il y a 370 millions d'années, le mont de Baives n'était en fait qu'un récif corallien.  Des fossiles sont encore visibles aujourd'hui. Un calcaire très pur s'est formé avec le temps et a permis l'installation d'un four à chaux vive qui subsista jusqu'en 1956.

BAIVES_Four___chaux

Les chaufourniers empilaient dans le puits la pierre et le charbon de bois. Pour obtenir la calcination du calcaire une température de 800° à 1000° était nécessaire. Après douze heures de combustion une chaux très blanche apparaissait à la partie inférieure du four (voir schéma ci dessus).

22022011_022

Ci-dessus, la partie inférieure du four. A l'entrée un grille a été posée et cet endroit est devenu aujourd'hui un refuge pour les chauves-souris. Aujourd'hui 6 espèces ont été inventoriées sur les 15 présentes dans le Parc Régional de l'Avesnois.

22022011_024

L'aspect massif extérieur du four fait penser à une fortification militaire. Cet ouvrage étant sûrement  nécessaire pour des raisons de sécurité, liées à l'importance du four intérieur.

22022011_008

Ci-dessus le haut du four qui est accessible aux promeneurs. De cet endroit on peut découvrir un joli panorama.

22022011_013

Le trou d'excavation de la pierre, tel qu'il demeure aujourd'hui.

Posté par CHRIS NORD à 12:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,