09 février 2014

TRELON - EXPOSITION DES "YMAGIERS" TRELONNAIS

Samedi 22 et dimanche 23 février

de 14h00 à 17h00

Du lundi 24 au vendredi 28 février

de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h30

(Ouverte à tous gratuitement)

Cette exposition se déroulera dans les salons d'honneur de la mairie. Elle est organisée en l'honneur des  peintres Trélonnais qui oeuvrent dans l'association  des "Ymagiers" depuis de nombreuses années. 

vous pourrez également découvrir les peintures  de Léon Comerre qui font partie du patrimoine Trélonnais

Léon Comerre

Léon Comerre (1850-1916)

 Ci-dessous les trois tableaux que possédait la Ville de Trélon avant Février 2003, date d'achat à Drouot de 8 autres tableaux du peintre Trélonnais Léon Comerre.

Léon commère - Cosette endormie

Léon Commère -Cosette endormie (Don de Mme Comerre)

Ernest Amas L'enfant aux quilles

Ernest Amas-L'enfant aux quilles

Laitière

Jules Léonard-Scène Paysanne

Léon Commère (6)

Léon Comerre-Petite fille au cerceau

Léon Commère (3)

Léon Comerre-Femme au chapeau noir

Léon Commère (2)

Léon Comerre-Femme en tenue de bal

Léon Commère (1)

Léon Comerre-Etude de tête féminine

Léon Commère (5)

Léon Comerre-Le Clin d'oeil

Léo en Clown Blanc

Léon Comerre-Géo en clown blanc

Léon Commère (4)

Léon Comerre-Le Chapeau à plumes

Léon Commère (8)

Léon Comerre-L'annonce aux bergers

Léon Commère (7)

Léon Comerre-Assassinat de St-Thomas Becket, archevêque de Canterbury (Don) 

Posté par CHRIS NORD à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


08 février 2014

TRELON - L'Etang du Hayon

Mais où sommes non donc ? Est-ce un lac Vosgien ou Auvergnat  ? Pas du tout, c'est l'étang du Hayon à Trélon dans les années cinquante ! Cette vue aérienne est remarquable. Elle nous offre au premier plan la totalité de l'étang avec en toile de fond l'immense massif forestier Trélonnais sillonné par deux routes, à droite la route d'Eppe-Sauvage et à gauche la route de Liessies.

TRELON-Etang du Hayon (4)

Ci-dessous une cpa à l'époque où l'on pêchait encore (années 60).

TRELON-Le Hayon

Les 3 autres cpa colorisées qui suivent sont plus anciennes  mais ne manquent pas de charme.

TRELON-Etang du Layon

TRELON-Etang du Hayon (2)

TRELON-Etang du Hayon

Ayant déjà édité de nombreux articles sur cet étang, je vous convie à les retrouver sur Google, simplement en inscrivant : "Chrisnord étang du hayon" sur le moteur de recherches

Posté par CHRIS NORD à 11:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 janvier 2014

TRELON - Souvenirs d'enfance

Rue Zola1

C'est dans cette belle demeure, qui était alors une ferme, que Claudie Waroquier a vécu à Trélon chez ses grands parents pendant une bonne partie de la guerre 40 et y a passé toutes ses vacances scolaires jusqu'en 1957. Comme beaucoup de visiteurs de mon blog, elle m'a récemment contacté pour me remercier d'y retrouver des souvenirs d'enfance en me joignant quelques cartes postales et photos anciennes inédites de Trélon, dont celle ci-dessous qu'elle commente ainsi : « Cette cpa du début des années trente représente la rue Gambetta. A côté des Coopérateurs et de la boucherie, vous voyez la mercerie-bonneterie Waroquier-Renotte tenue par mes parents qui sont sur le seuil avec leur chien*. Ce magasin sera repris par Madame Mailly. A côté, le bureau de tabac de M. et Mme Wimez et la Librairie-papeterie Pelletier.»

* Après son mariage, mon père, Marcel Waroquier, ne souhaitait pas devenir fermier, c'est pourquoi il a tenu ce magasin avec ma mère, avant de trouver un travail en Belgique, c'est d'ailleurs dans ce pays que je suis née ».

num-risation0030

« Puis ce fut la guerre et en mai 40 mon père fut mobilisé. Mon grand père étant décédé, ma grand mère Rosa Delange, se retrouvait seule. C'est pourquoi ma mère et moi nous nous sommes réfugiées chez elle à Trélon. De cette période, ce dont  je me souviens très bien, c'est de l'été 1944. Ce devait être à la fin du mois d'août. Ma mère et moi étions allées chercher de l'eau au robinet public, juste en face de la maison , rue du Calvaire, devenue plus tard la rue Emile Zola. Soudain, un grondement venant des Quatre-Chemins se fit entendre: c'était les chars allemands qui descendaient vers le village. Ma mère retraversa précipitamment la route pour remonter à la maison. Moi, pétrifiée par ce spectacle inhabituel, j'étais restée de l'autre côté. Les monstres de tôle et d'acier s'avançaient lentement, mais dégageaient une telle impression de force, qu'ils semblaient tout vouloir écraser sur leur passage. Bientôt, ils ne furent plus qu'à quelques mètres de moi. Ma mère me cria de traverser: je lui obéis comme un automate, et la peur rétrospective que j'éprouvai m'envahit encore lorsque j'y pense aujourd'hui.

Le lendemain matin, quand je descendis, je vis quelques soldats allemands attablés dans la cuisine, buvant du café et parlant dans leur langue. Debout à côté du poêle, je les regardais en silence. Soudain, l'un d'eux me tendit un tube de pastilles brunes que je n'avais jamais vues. Je me tournai vers Maman qui me fit signe d'accepter: c'était du chocolat, le premier chocolat de ma vie!

Le 3 septembre eut lieu la libération de notre village par les troupes américaines. Les soldats américains avaient dressé leurs tentes aux Quatre-Chemins. Après la traite du soir, nous leur rendîmes visite et leur apportâmes des produits de la ferme.

A la même époque, mon père nous écrivit pour nous apprendre que Bruxelles avait été libéré par les Anglais, que la guerre était finie et que nous pouvions rentrer en Belgique. Je devais aller à l' école !

Hélas! nous n'avions pas prévu l'offensive Von Rundstedt et, l'hiver 44-45, nous dûmes subir de nouveaux bombardements; toutes les vitres de notre maison volèrent en éclats et mes parents et moi fûmes forcés de nous réfugier dans les sous-sols. Enfin, c'est un miracle que nous en soyons sortis vivants.

Heureusement, Trélon n' a pas été bombardé et la bataille des Ardennes a été remportée par les Américains du Général Patton.

num-risation0033

Voici une autre jolie carte postale de Claudie (années 50) où elle m'indique que les pâtures visibles au premier plan (rue Chartiaux) faisaient partie de la ferme familiale. On notera qu'aujourd'hui tous ces terrains sont urbanisés, tout comme le chemin des jardins que l'on aperçoit à droite.  

« Après la guerre, tout est rentré dans l'ordre: j'ai suivi ma scolarité à Bruxelles et, faute de devenir fermière, je suis devenue institutrice, puis professeur de français et d'histoire. Mais jusqu'à la mort de ma grand-mère, je revenais à la maison à Noël, à Pâques et aux grandes vacances. J'adorais vivre à la campagne avec ma famille, mes amis et participer aux travaux de la ferme : C'était mon paradis ».

ooo O ooo

« Voici maintenant quelques mots sur une coutume religieuse à laquelle ma mère, Marie Renotte, a participé dans sa jeunesse, dans les  années 20. Chaque année,on organisait une procession en l'honneur de Sainte Jeanne d'Arc, notre héroïne nationale, pour commémorer la délivrance d'Orléans, le 8 mai 1429. Je joins 2 photos de ma mère en Ste Jeanne d'Arc, l'une à pied (à l'avant-plan), l'autre à cheval ».

num-risation0048

Ces deux  photos *** d'une grande qualité pour l'époque (années vingt) nous montrent ce qu'était cette procession en l'honneur de Jeanne d'Arc. On remarque que la scène se passe sur la Place de la Picquerie à proximité du chateau de Mérode masqué par les arbres. Au fond à gauche on apprend que cette grosse bâtisse (qui existe encore aujourd'hui) était le siège d'une entreprise de bâtiment : Lagneau-Wautier.

 num-risation0047

  « Mais la fête la plus importante pour ma famille était celle de l'Assomption.»

num-risation0046

« Nous avions, à côté de la maison, une petite chapelle, qui existe toujours, dédiée à Notre-Dame de Grâce. Tous les ans, le jour du 15 août, on sortait la statue de la Vierge (sauf par temps de pluie), on la revêtait d'un voile tenu par une couronne et on l'installait sur un piédestal au milieu d'un splendide reposoir de fleurs. Alors pouvait commencer la procession en souvenir du voeu de Louis XIII. Ce roi avait longtemps espéré mais en vain, un héritier mâle. En désespoir de cause, il pria la Mère de Dieu et lui promit que, si Anne d'Autriche lui donnait un fils, il ordonnerait que dans toutes les paroisses de France, on organise, le jour de l'Assomption, une procession en signe de remerciement. Il fut exaucé: Louis XIV naquit et, jusqu'à la fin des années 50, nos prêtres obéirent à l'ordre du Roi.

La veille du grand jour, ma mère, notre voisine Jeanne Blin et moi commencions les préparatifs. On rassemblait le plus grand nombre possible de fleurs: dahlias, glaïeuls etc..., de vases et d'obus de la guerre 14, et on préparait les bouquets. On y passait tout l'après-midi et, le soir, on les rentrait dans le large vestibule de la maison. Le 15 au matin, mon Parrain coupait des branchages pour orner la chapelle, on disposait les oriflammes blancs, bleus et or, enfin, on élevait le reposoir.

Après la grand-messe apparaissaient les premiers groupes de la procession: Elle comprenait les enfants du catéchisme et du patronage, vêtus de blanc et de bleu, surveillés de près par les soeurs du Sacré-Coeur en longues robes noires, le visage cerclé de blanc.Venait aussi la fanfare au grand complet, les fidèles conduits par le Prince de Mérode et sa famille, et bien sûr, le clergé et les enfants de choeur. Arrivé devant la chapelle, M. le Doyen Carlier récitait quelques prières, faisait un petit discours de remerciement à notre intention et entonnait hymnes et cantiques que la foule reprenait à peine voix.

Puis, la fanfare donnait le signal du départ et tous retournaient à l'église avant de rentrer chez eux. »

NB :Toutes les photos personnelles ci-dessus sont la propriété de l'auteur du blog. Elles ne peuvent en aucun cas être utilisées sans son consentement

21 janvier 2014

TRELON - L'école Libre des Filles

 TRELON-Dipensaire et patronnage des jeunes filles

A l'origine, ce bâtiment construit en 1868 appartenait au comte de Mérode. Avant 1906, il existait une école congréganiste de religieuses rue Clavon (centre d'affaires) qui s'en servit comme asile pour les enfants de moins de 6 ans. Ce sera ensuite un dispensaire ainsi qu'un patronage pour jeunes filles (voir la cpa ci-dessus dans les années 30), avant de devenir une école libre. Dans des salles annexes, on y dispensait également le catéchisme. Les bâtiments furent ensuite désaffectés et servirent de maison des jeunes sous  l'impulsion de l'Abbé Bernard Lussigny, dans les années 60. Après quelques transformations, ils furent occupés par une passementerie jusqu'à sa fermeture en 2006. La ville est aujourd'hui propriétaire du site et envisage la création d'un centre de santé dans les bâtiments plus récents qu'occupait la passementerie à l'arrière de l'édifice principal.

TRELON-Rue A

Le même endroit aujourd'hui. Le bâtiment principal a perdu ses cheminées ainsi qu'une partie de son enceinte avec son élégant porche d'entrée. Fort heureusement, le reste a été sauvegardé. Sur la façade, le fronton agrémenté d'une niche comporte une vierge à l'enfant. Il est surmonté d'une croix et cet ensemble harmonieux nous rappelle la destination religieuse initiale de cet édifice. 

TRELON-L'école Privée

Les deux superbes photos ci-dessous (rares) m'ont été confiées par Yves Dumesnil que je remercie. Elles nous montrent deux groupes de jeunes filles à l'époque de l'école libre, sans doute vers les années trente. Le premier groupe a été photographié devant le préau. Il comporte les jeunes filles des grandes classes encadrées par les religieuses de la congrégation des Sœurs servantes du Sacré cœur.

img365 - Copie

Sensiblement à la même époque, le second groupe ci-dessous concerne les petites classes lui aussi encadré par les mêmes religieuses.

img366

Certains visiteurs pourront peut-être reconnaître un membre de leur famille ayant fréquenté cette école. Dans ce cas, Ils peuvent témoigner de cette présence en laissant un message en bas de cet article . Ils peuvent également me joindre dans la rubrique "contacter l'auteur"

Posté par CHRIS NORD à 14:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

08 janvier 2014

TRELON - La Verrerie Collignon & Clavon

Ce document commercial daté de 1879 nous informe que les Verreries noires de Trélon et d'Anor possédaient conjointement un dépôt à Libourne. On savait que la verrerie Trélonnaise fabriquait des bouteilles de champagne, mais également des bouteilles bordelaises comme l'indique très clairement ce document.

TRELON-Verrerie

 

Posté par CHRIS NORD à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


30 décembre 2013

TRELON - Au secours ... je coule !

Voici un nouveau document photographique plutôt cocasse, au regard des faits qui se sont heureusement déroulés sans conséquences graves. La scène se passe au bord de l'étang du Hayon à Trélon dans les années cinquante. Une dame qui faisait du canotage se retrouve en perdition car sa barque prend l'eau. Les secours sur place vont sortir de l'étang l'infortunée naufragée au moment ou la barque est entrain de couler sous le regard amusé d'un canotier.

TRELON-Le Hayon

Merci à Yves Dumesnil qui m'a gentiment confié ce document sur lequel son grand-père, Georges Danis, aide la naufragée à sortir de l'eau.

Posté par CHRIS NORD à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 décembre 2013

TRELON - Le Colis des vieux en 1945

TRELON-Souvenir du premier Noël des Vieux en 1945

(Cliquer sur la photo pour zoomer)

Nous sommes en décembre 1945. Outre les bureaux de bienfaisance qui dépendent des mairies, des oeuvres paroissiales  organisent elles aussi la collecte et la distribution de colis aux vieux*. Sur cette photo qui se situe dans la cour de l'école privée des filles (aujourd'hui ancienne Passementerie) on peut voir un groupe important de personnes qui se sont mobilisées pour apporter un peu de réconfort aux plus âgés, en cette période de Noël, au sortir de la guerre.

* Cette expression est largement utilisée à cette époque.

Merci à Yves Dumesnil qui m'a aimablement confié cette photo parmi d'autres (à suivre).

Posté par CHRIS NORD à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 décembre 2013

TRELON - La Grand'Place ***

Il est rare de rencontrer des cartes postales anciennes dont la prise de vue a été réalisée sous la pluie. C'est le cas  pour ce très joli panorama animé de la Grand'Place, dans le premier quart du XXe siècle.

TRELON-La Place (2)

TRELON-La Grand'Place

Le même endroit de nos jours

Posté par CHRIS NORD à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 décembre 2013

TRELON - La Saint Laurent ***

Merci à Patrick Pagnier qui m'a fait parvenir cette photo rare. Elle a été prise à l'occasion d'une fête de la Saint Laurent sur le site de la Verrerie Parant dans les années trente.  

TRELON-SAINT LAURENT

J'ai déjà publié deux articles concernant cette manifestation. Vous pourrez les retrouver en cliquant sur les deux liens ci-après :

 http://chris59132.canalblog.com/archives/2012/09/07/25051770.html

 http://chris59132.canalblog.com/archives/2012/10/17/25354964.html 

Posté par CHRIS NORD à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 novembre 2013

TRELON - Le Chalet du Moulin

Voici le Chalet du Moulin tel qu'il était  au tout début du XXe siècle. Il se situe rue du Gazomètre et son nom est lié à la présence du moulin tout proche, aujourd'hui disparu.

TRELON-Chalet du Moulin

 TRELON-Chalet du Moulin

Ci-dessus, le même chalet aujourd'hui. Parfaitement entretenu, il a encore fière allure un siècle plus tard grâce notamment à la conservation des lambrequins de toitures qui lui confèrent son aspect d'origine. 

Posté par CHRIS NORD à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :