19 octobre 2012

TRELON - L'Ecole dans la première moitié du XXe siècle

Ecole-des-Filles TRELON 1905L'Ecole des filles - TRELON - 1905 

Ecole cantine au début du XXe siècle - CopieOn apprenait à se tenir correctement à table et à manger tout ce qui était proposé

Ecole Visite de propreté - CopieLa tenue vestimentaire devait être correcte et le port de la blouse obligatoire. L'hygiène corporelle faisait l'objet de beaucoup d'attention. Ci-dessus un contrôle de propreté des mains.

FOURMIES-Ecole Maternelle

 

Ecole Rue Foch Trélon - CopieAujourd'hui baptisée Ecole René Bry, c'est ce bâtiment austère que j'ai fréquenté jusqu'en 1960

Ecole La santé à l'écoleL'hygiène des cheveux était très surveillée

Ecole-travail à la maison

On enseignait la morale et l'instruction civique au même titre que les autres matières.

Ecole-Moraleou encore :" Voler un oeuf c'est voler un boeuf "

Ecole Lutte contre l'alcoolismeAu début du XXe siècle l'alcoolisme causait des ravages et il fallait sensibiliser les enfants très tôt à ce fléau

ECOLE-Alcoolisme1

Ecole Règlementla tuberculose  faisait elle aussi des ravages et l'hygiène à l'école était une priorité

Ecole tuberculose

Capture

TRELON-Ecole-des-Garcons-en-1940Une classe dans l'école des garçons de Trélon en 1940

Ecole Maternelle 1951 TRELON - CopieJe figure sur cette photo de l'école maternelle de Trélon en 1951.

Ecole années 50Une salle de classe comme je l'ai connue dans les années 50 avec ses pupitres en bois à deux places munis d'encriers en porcelaine. On notera que ces encriers étaient réservés uniquement aux droitiers, les gauchers à cette époque étaient perçus négativement, aussi contraignait-on ceux-ci à utiliser  leur main droite, en particulier pour écrire. Je me souviens que l'instituteur de l'époque nous demandait à la fin de la semaine d'enlever les taches d'encre sur le bois du pupitre avec du papier de verre qui était fourni.. Salle de classe ancienneCliquer sur la photo pour observer le maximum de détails

Ecole-GéographieLes  grandes cartes en couleur qui étaient affichées sur le tableau m'ont fait aimer la géographie

hygieneecoleJ'ai connu ce type d'urinoir en plein air et son odeur de crésyl. Sauf urgence, celui ci ne donnait pas particulièrement l'envie de l'utiliser.

ECOLE-MaladieParfois l'hiver, il nous arrivait d'être content de pouvoir rester au chaud à la maison grâce à un petit rhume

DUMASJ'aimais beaucoup cet excellent livre et nous l'utilisions souvent

cahier du jour
Le cahier du jour devait être bien tenu sous peine de punition. Il existait également le cahier de devoirs pour la maison.

Carnet de correspondance école-famille 1956-57Le carnet de notes était très attendu par les bons élèves mais redouté par d'autres car il entraînait souvent une punition parentale.

Ecole Bonnet d'âne

A mon école le bonnet d'âne n'avait plus cours depuis peu de temps, il avait été remisé dans une armoire. Bien qu'humiliant il était indolore au regard des punitions corporelles qui suivirent :

A cette école d'autrefois Il y avait de la discipline et les élèves craignaient et respectaient l'instituteur. Lorsque nous arrivions le matin, il fallait absolument être en rang par deux et entrer en silence dans la classe. Ensuite nous restions debout jusqu'à ce que l'instituteur nous invite à s'asseoir. De même, lorsqu'un adulte pénétrait dans la classe, il fallait se lever en signe de politesse. La journée commençait par une leçon d'instruction civique. A aucun moment nous n'avions le droit de prendre la parole sans avoir auparavant levé le doigt pour obtenir l'autorisation du maître. Les punitions les plus courantes consistaient à aller au coin,  à copier 100 fois une phrase du style : "Je ne dois pas bavarder en classe" ou encore à conjuguer un verbe à tous les temps avec obligation de faire viser la punition par les parents. Ceci avait pour effet de créer une double peine : Celle du maître et celle des parents. Dans les années 50 il existait  encore certains châtiments corporels. J'ai vu un instituteur qui donnait régulièrement la fessée. Pire encore, j'en ai vu un autre qui, outre les coups de règle sur le bout des doigts, soulevait parfois l'écolier de son banc  en lui tirant la joue ou une oreille voire même les cheveux, et comme ci cela n'était pas suffisant, aux actes venait s'ajouter des paroles humiliantes. Mais la punition la plus pénible  était de se retrouver à genoux sur l'estrade avec les mains sur la tête durant la durée du cours. Élève trop sensible j'ai souffert de ces pratiques et ma scolarité à l'école primaire en a été affectée ainsi que ma santé. j'ai découvert beaucoup plus tard que J'étais stressé (cette notion n'existait pas encore à cette époque). Mes difficultés prirent fin lorsque je me suis retrouvé au collège dans un environnement plus apaisé et qui me responsabilisait davantage. Contrairement à certains de mes camarades, je ne remercie pas ces quelques instituteurs (laïques) qui auraient favorisé leur réussite scolaire grâce à leur grande sévérité. A Trélon à cette époque il existait une école libre (école privée) et je me demande encore aujourd'hui si je n'aurais pas dû fréquenter ce type d'école, certes avec d'autres inconvénients mais où semble t-il on enseignait avec beaucoup plus de diplomatie.

NDLR : Une circulaire du ministère de l’Instruction interdisait les châtiments corporels à l’école dès 1887. Les années 60 et l'arrivée d'une nouvelle génération d'enseignants permettra peu à peu une diminution des châtiments corporels et humiliations sans que pour autant ceux-ci disparaissent complètement. Il faudra attendre 1989 pour aboutir à une convention des droits de l'enfant qui stipule :  "Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour veiller à ce que la discipline scolaire soit appliquée d'une manière compatible avec la dignité de l'enfant en tant qu'être humain et conformément à la présente Convention."

Liens connexes

Le certificat d'études, cliquer ici

L'école libre Trélon-1952 (filles), cliquer ici

L'école libre Trélon-1955 (garçons), cliquer ici


17 octobre 2012

TRELON - La Saint Laurent ***

J'ai dernièrement édité deux photos de cette fête des verriers en l'honneur de Saint Laurent, leur Saint Patron*. Aujourd'hui Je partage avec vous deux nouvelles photos (tout aussi rares) qui semble t-il correspondent aux deux autres puisque prises sur le même site (Verrerie Parant) à la même époque (années 30) et sans doute par le même photographe local (Drouart).

* Cliquer ici pour retrouver cet article

TRELON-La Saint Laurent1

On retrouve le même manège disposé au même endroit ainsi qu'une foule très dense

TRELON-La Saint Laurent

Certains personnages figurent sur cette photo et sur celle de l'article précédent, mais cette fois-ci ils sont photographiés devant le drapeau de la Société de musique Sainte Cécile. Les femmes portent le chapeau-cloche. Celui-ci fut créé à partir des "années folles" sur une coupe de cheveux dite "à la garçonne".

NDLR : Je pense que les personnages communs aux deux photos sont sans doute verriers mais aussi musiciens.

Posté par CHRIS NORD à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 octobre 2012

TRELON - Adieu Gérard !

Gérard CaudrelierGérard Caudrelier nous a quitté cette semaine. Fils unique issu d'un milieu modeste, il poursuivra néanmoins de brillantes études à Paris. Après le décès de ses parents, il conservera sa petite maison natale rue du Maréchal Foch, dans laquelle il aimait se retrouver lors de ses fréquents déplacements à Trélon. Chargé d'études en économie au BIPE et passionné de recherches sur l'histoire locale, il profitera de la retraite pour écrire une dizaine d'ouvrages. Parmi les derniers publiés on peut citer :  "La Saint Pansard. Un carnaval pour tous" en 2008, "Les Chantiers du fer" (du rouge au vert)" en 2010, "Gens et métiers d'autrefois" en 2011. Il m'avait écrit en août 2011 pour avoir des renseignements sur des associations locales qui faisaient sans doute partie du thème de son prochain livre. Hélas il n'aura pas eu  le temps de l'achever.

Adieu et merci Gérard !

A noter également qu'en  1978, Gérard Caudrelier a collaboré activement à la plaquette "Trélon et son histoire" éditée à l'occasion du centenaire de la mort de Xavier de Mérode, du tricentenaire du Traité de Nimègue et du quadricentenaire du Marquisat de Trélon.

Ses obsèques aurontt lieu mardi à 9h 30 à Trélon

Posté par CHRIS NORD à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

TRELON - La Place de la Concorde ***

TRELON-Place de la Concorde

J'avais déjà édité la même cpa en version N&B, voici maintenant la version colorisée extrêmement rare de cette place vers 1905, baptisée aujourd'hui Place du Maréchal Joffre.

Posté par CHRIS NORD à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 octobre 2012

TRELON- La Gare

TRELON-La Gare1

J'ai déjà édité cette cpa du début du XXe siècle qui est assez courante. Par contre celle ci-dessous, bien qu'un peu plus récente, est néanmoins beaucoup plus rare à trouver. Elle offre la particularité de nous montrer un train de marchandises à l'arrêt. De par sa situation géographique entre Trélon et Glageon la gare est commune aux deux villes. 

TRELON-La Gare

La ligne Maubeuge-Fourmies fut inaugurée en 1885. Elle sera fermée en 1969 aux voyageurs, et en 1976 aux marchandises. Aujourd'hui, l'ancienne ligne entre Ferrière La Grande et Trélon/Glageon constitue la voie verte de l'Avesnois, sentier réservé aux déplacements pédestres et cyclotouristes.

Posté par CHRIS NORD à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


01 octobre 2012

TRELON - Vue Aérienne

C'est avec l'accord de Philippe Frutier (Nordiste) que je publie cette superbe vue aérienne de Trélon, sans doute la plus belle et la plus complète qu'il m'ait été donné de voir !

TRELON-vue aeriennePour une meilleure définition, cliquer sur l'image

Posté par CHRIS NORD à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

TRELON - Ernest Dimnet

J'ai déjà parlé de ce personnage célèbre né à Trélon en 1866 (cliquer ici) mais aujourd'hui c'est pour d'autres raisons que j'édite cet article. En effet, j'ai découvert par hazard sur le net cette carte postale de 1903 et j'ai été troublé par le fait que celle-ci avait été rédigée en Anglais. De plus j'ai trouvé que la signature pouvait très bien être celle d'Ernest Dimnet, d'ailleurs qui d'autre que lui pouvait à cette époque parler anglais à Trélon et utiliser cette langue pour correspondre, surtout quand on sait quie ce dernier vivait en Angleterre et aux Etats-Unis. On peut donc raisonnablement penser qu'il était revenu dans son village natal et qu'il a envoyé depuis celui-ci cette carte soit en Angleterre ou aux Etats unis où il résidait. Il était alors âgé de 36 ans et venait d'être ordonné prêtre.

TRELON-E

TRELON-E

J'ai également retrouvé une correspondance datée de 1928 rédigée à bord du paquebot De Grasse lors de l'un de ses voyages aux Etats-Unis. Il est alors âgé de 62 ans. Certes la signature n'est plus la même mais l'écriture est très ressemblante.

TRELON-Ernest DimnetErnest Dimnet

Posté par CHRIS NORD à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

30 septembre 2012

TRELON - Le Garage PAVOT

img271Au milieu des années 70

TRELON-Garage PavotAu début des années 70

Garage PAVOT1975Au début des années 80

Comme beaucoup d'autres garages à cette époque, il possédait une station-service. En 1975 on en dénombrait 47.500 et un peu moins de 12000 aujourd'hui ! Hélas, cette hémoragie n'est pas prête de s'arrêter puisque l'on enregistre encore chaque année la disparition de 500 stations. On pourrait donc passer sous la barre des 10.000 d'ici deux à trois ans. Si ce rythme des fermetures reste élevé c'est aussi à cause des mises aux normes de sécurité trop coûteuses pour les petits exploitants indépendants. A l'avenir, seules la grande distribution et les grosses stations franchisées  pourront satisfaire à la législation et se partager ainsi le marché de la distribution du carburant. Paiera t-on moins cher pour autant ?

NB : On notera sur cette photo de 1980 un prix d'affichage à 2,85 frs le litre d'essence ordinaire, soit 43 centimes d'euro.

img273

Ici une vue aérienne très rare sur le Garage PAVOT (Agent Peugeot-Talbot) au début des années 80. Créé dans les bâtiments de l'ancienne Verrerie Blanche*, au tout début des années 50, sous le nom de Garage Franco-Belge, il sera ensuite repris en 1963 par Robert Pavot puis par ses fils en 1972. Il fermera définitivement en 1993.

* Verrerie Blanche : Cliquer ici

img274

Outre mes souvenirs de toute cette période, il me reste quelques objets publicitaires qui pourront peut-être faire la joie de certains collectionneurs.

img275

Garage Pavot (1979)Présentation de la nouvelle Peugeot 505 en 1979

Posté par CHRIS NORD à 11:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 septembre 2012

TRELON - L'Etang du Hayon

TRELON-Le Hayon1

Voici deux jolies cartes postales modernes (années 70) qui nous montrent ce bel étang qui fit longtemps la joie des pêcheurs et canotiers. Il semble aujourd'hui que cet étang de pisciculture rencontre des problèmes mais présente encore de l''intérêt avec sa roselière bien développée sur la rive nord  et conserve également un attrait important pour la faune. En effet, 7 espèces d'oiseaux sont nicheurs possibles probables ou certains aux abords de l'étang qui pour la plupart sont des espèces aquatiques et paludicoles (source INPN, cliquer ici)

TRELON-Le Hayon2

Posté par CHRIS NORD à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 septembre 2012

TRELON - La Métallurgie

 TRELON-Fonderie

La Fonderie Lobet *s'établit à Trélon à la fin du XIXe siècle. Elle sera ensuite reprise par Pierre Ansieau comme en témoigne le document ci-dessus. Elle fonctionnera juqu'à la veille de la seconde guerre mondiale.

Fonderie Lobet :  Cliquer ICI

Décrêt Impérial de 1811 : Cliquer ICI

Les Mines de fer vers 1826 : Cliquer ICI

Statistiques 1847 : Cliquer ICI