28 janvier 2015

GUERRE 14-18 - Occupation de l'Avesnois (1)

Logo centenaire

AVESNES- Von Mehring, Gouverneur Boche D'Avesnes

Après la bataille des frontières en Août 1914 et l'invasion de l'Avesnois qui suivit (voir article précédent ICI) vint le temps de l'occupation. A Avesnes la ville semble déserte et le bruit du canon s'est éloigné. Le 27 août au matin c'est un spectacle de désolation que découvrent les habitants. Durant une partie de la nuit les soldats allemands ont pillé les caves de certaines habitations et les rues sont jonchées de bouteilles vides. Des portes de magasins ont été forcées, les boulangeries dévalisées. Le maire, le Sous-Préfet et son secrétaire sont partis vers Paris. Ce vide administratif va provoquer la colère du commandement allemand qui exige la formation d'une Commission pour gérer la ville. Cette dernière rédige une invitation au calme pour rassurer la population avec le soutien de Mme Raux, Présidente de la Croix Rouge, qui va valider cette action. Il faut dès maintenant gérer les priorités et la formation d'une équipe de fossoyeurs est créée pour enterrer les morts. La seconde priorité est de nettoyer la ville afin d'éliminer les risques d'épidémie. Enfin il faut mettre fin aux pillages perpétrés tant par l'occupant que par des français qui redoutent la pénurie alimentaire. Alors que jusqu'à présent la ville était rattachée à la division administrative et militaire d'Aulnoye, le 12 octobre 1914 est créée une commandanture à Avesnes sous l'autorité du Major von Mehring qui s'installe à la Sous-Préfecture rue de France.

(Les mots en gras renvoient aux liens et sous/liens des articles connexes déjà édités).

 

AVESNES-Convoi allemand

En ce début d'occupation les menaces et intimidations de l'occupant sur la population sont nombreuses. Durant deux ans, le Commandant Von Mehring dirige Avesnes avec fermeté et extravagance. En effet, cet aristocrate prussien est un original. Il a fait venir de Hambourg un éléphant appelé Jenny à la fois pour travailler dans les forêts avoisinantes mais aussi pour parader (voir photos ci-dessous). Afin de créer une ambiance tropicale, le gouverneur installe dans les dépendances et les serres de la Sous-Préfecture des perroquets, un crocodile, un chameau et des singes !

AVESNES-Guerre 14-18

Les facéties du gouverneur ne s'arrêteront pas là. Il adopte un petit enfant de l'assistance qu'il confie aux bons soins de sa cuisinière. Il promène parfois le bambin déguisé en officier allemand !!!

FELLERIES-L'éléphant Jenny

Jenny au travail dans le Bois de Felleries (Avril 1915)

FELLERIES-Jenny

Au début de l'année 1916, von Mehring, accusé de malversations quitte Avesnes et sera remplacé par Kombst. Ce dernier sera tout aussi ferme et se débarrassera de la ménagerie. Jenny quittera l'Avesnois le 2 avril 1917.

 img025

Von Mehring et son Etat Major avant 1916

Alors que l'État Major allemand est définitivement installé tout comme le conseil municipal chargé de répondre aux exigences de l'occupant et aux besoins de la population. il reste à régler le problème du logement des troupes et de nombreux bâtiments publics vont être réquisitionnés à cet effet, mais pas encore de manière suffisante. C'est pourquoi de nombreux logements privés seront également investis pour accueillir les 1000 soldats allemands de septembre et les 1400 hommes et officiers d'octobre. Les réquisitions de logements se poursuivront durant toute l'occupation. Mais il faut aussi prévoir des lieux de distraction pour les militaires. Des casinos se multiplient à l'intérieur des plus belles demeures d'Avesnes, le Café de France devient un café allemand (voir photo ci-dessus). Sur la Grand'Place une maison est choisie pour devenir un casino pour officiers, tandis que dans l'avenue du Pont Rouge on installe un foyer de soldats : "Soldatenheim".

img018

L'intérieur de la Soldatenheim

img019

Le café de France devenu le café allemand

Des concerts hebdomadaires sont organisés à la Rotonde, sur la Grand'Place ou à la Collégiale. Les Avesnois boudent ces moments récréatifs sauf peut-être à Noël ou à Pâques où ils sont un peu plus nombreux. Dans tous les cas, les membres du conseil municipal se doivent d'être présents car le gouverneur considère que ces concerts sont des gestes d'apaisement et de sympathie à l'égard des habitants.

img020

 Concert sur la Grand'Place

Avesnes doit désormais vivre à l'heure allemande, c'est à dire avec une heure d'avance sur celle de Paris. Cette heure allemande doit être respectée partout, même dans les maisons privées. Les contrevenants pouvant être sévèrement punis. On observe également qu'à la Kommandantur tout est rédigé en allemand : Ordres, réquisitions ... et cela n'est pas sans poser des difficultés. C'est pourquoi von Mehring fait mettre en place des cours d'allemand. A cet effet il désigne une trentaine de notables et personnalités ainsi que des membres du conseil municipal. En matière de circulation, les rues d'Avesnes changent de nom. Doucement mais inexorablement Avesnes devient une ville close. Il est interdit de célébrer le 14 juillet, de chanter "la Marseillaise" ou encore de hisser le drapeau français. Par contre des drapeaux allemands sont placés sur tous les édifices publics.

img026

Les offices religieux allemands catholiques et protestants se déroulent à la Collégiale Saint Nicolas. Au moment de Noël, l'occupant décore des sapins avec des lanternes, boules et étoiles. Cette coutume allemande restera ...Tous ces soldats, loin de chez eux donnent des nouvelles à leurs familles et parlent de l'Avesnois, de ses paysages mais aussi du fromage de Maroilles qu'ils ne semblent guère apprécier. Le vin français reste la boisson la plus appréciée et les milliers de bouteilles réquisitionnées révèlent que les Avesnois étaient de fins connaisseurs et possédaient d'abondantes réserves. Des cartes postales allemandes sont éditées et peuvent être achetées à la librairie allemande. Aux côtés des militaires, des civils allemands arrivent pour gérer les établissements réservés au allemands. Ce sont des religieuses chargées de soigner les blessés allemands du Lazaret de la rue Cambrésienne.

Avesnes (Nordfrankreich) - Feldpost Und Polizeiamt

Exemple de carte postale allemande

Doucement la vie reprend mais la population déplore le manque de médecins, pharmaciens et sages-femmes. Au début de l'année 1915 Avesnes ne compte plus que 3653 habitants au lieu de 5829 avant guerre. La nourriture et surtout le pain pose problème car la farine de froment est réquisitionnée par l'occupant et il est interdit aux boulangers de faire du pain avec de la farine blanche. L'arrivée de la farine de seigle ne satisfait personne. Des cartes de rationnement sont délivrées par la mairie. En 1916 le pain de pommes de terre fait son apparition. Ordre est donné de cultiver tous les jardins disponibles. Une autre difficulté apparaît car Avesnes doit accueillir des blessés allemands et français en grand nombre. Le 17 janvier arrivent 582 blessés français répartis eux aussi dans différents locaux dont certains doivent être agrandis. 300 blessés allemands ne trouvent pas place dans l'école primaire supérieure des filles de la rue Cambrésienne qui est le siège de la Croix Rouge, elle devient alors un Lazaret.  L'Hospice lui aussi, devient un hôpital pour blessés militaires et les vieillards sont rendus soit à leurs familles ou placés dans des maisons de civils.

AVESNES-Lazaret

L'intérieur du Lazaret

Avesnes doit aussi faire face à des afflux d'émigrés déplacés des zones de combats par les allemands (240 le 23 janvier 1915, 560 le 26 janvier) ils sont ensuite répartis dans d'autres communes. Un mois plus tard une partie des émigrés sera renvoyée en zone non occupée par la Suisse, ainsi que le 28 février. Le 3 février 1916, 12000 soldats allemands et 4800 chevaux arrivent dans la ville à pied ou en chemin de fer. La cavalerie et l'artillerie cantonnent à Bas-Lieu, Saint Hilaire et Dompierre tandis que l'infanterie reste à Avesnes. Les locaux de l'école des filles et des garçons sont à nouveau sollicités pour accueillir 400 hommes. Pour nourrir ceux-ci le village de Floyon doit fournir 216 vaches (80 iront à l'abattoir et 136 seront expédiées à le Cateau). Heureusement leur passage sera de courte durée puisque dès le 4 février, les troupes commencent leur embarquement en gare d'Avesnes.

 AVESNES-La Gare 14-18

Le chemin de fer jouera un rôle capital lors l'occupation de l'Avesnois

Toutes les communes de l'Avesnois vivent à l'heure allemande, obéissent aux lois de l'occupant et reçoivent quotidiennement des ordres de livraison et de réquisitions. La guerre commence à sembler longue et la paix n'est pas encore proche. Les allemands sont partout :

ANOR

A Anor ...

img028

... à Avesnelles ...

fourmies Théâtre

... à Fourmies ...

img023

... à Sains du nord ...

img034

... à Trélon ...

img024

... à Wignehies ...

Dans tous les villages on soigne les blessés et on assure l'entretien des chevaux en attendant de repartir au front. Dans de nombreux cimetières les allemands rendent hommage à leurs camarades décédés lors de cérémonies grandioses. Pour les soldats  de toutes nationalités, des monuments aux morts sont érigés dans de nombreuses communes : Avesnes, Sains du Nord, Sémeries, Ramousies, Grand-Fayt, Fort Leveau, Maubeuge-Assevent.

 

img029

Avesnes sur Helpe - Inauguration du  monument aux morts franco-allemand ci-dessous en gros plan.

AVESNES-Cimetière franco-allemand

Avesnes sur Helpe

SAINS DU NORD-Guerre 14-18 (2)

Sains du Nord

SAINS DU NORD-Cimetière Franco-allemand

Sains du Nord

NDLR : Curieusement, ces deux cimetières ne sont plus présents. Celui d'Avesnes a été déplacé tandis que celui de Sains du Nord aurait bel et bien disparu ???

Doucement mais sûrement, une nouvelle économie dirigée prend place pour des productions qui ne sont pas destinées aux Avesnois. L'économie traditionnelle est complètement bouleversée par les réquisitions, l'exploitation intensive des ressources, les démontages et transformations d'industries et le manque de main d'oeuvre. Dès leur arrivée les allemands avaient fait procéder à un recensement de la population locale et à l'évaluation des surfaces cultivées. Le maire occupe aussi la fonction de chef de de culture et il engage sa responsabilité et peut faire partie des otages officiels en cas de fausses déclarations. A partir de 1915 un fermier par commune est nommé chef de culture, cela soulagera un peu les maires. Le Comité Économique réquisitionne tout ou presque : Meubles, linge, argenterie, matelas, outils, marmites, tonneaux, charbon, bicyclettes, voitures à quatre roues, armes, machines à coudre, pianos, chaises, tables, bassins pour toilette, diverses denrées alimentaires et produits laitiers . En 1916 17775 oeufs doivent être fournis à la Kommandantur. En 1917 c'est 45018 oeufs par semaine ! Le vin très apprécié par les autorités d'occupation fait également l'objet d'une attention toute particulière et de contrôles très sricts. De nombreuses caves de la région sont mises à mal.  Des trains chargés de matières premières partent d'Avesnes pour l'allemagne. La Dolomie devient une véritable gare de marchandises. Von Mehring se montre très satisfait de toutes ces réquisitions et s'exclame «Quel pays riche qu'Avesnes, on y trouve de tout ! »

Felleries Jenny 1915

L'exploitation de la forêt devient un privilège de l'occupant. L'éléphant Jenny (ci-dessus à Felleries) est infatigable. Quand elle n'est pas en forêt pour débarder le bois servant aux tranchées ou à sa transformation en charbon de bois, elle est en gare pour pousser plusieurs wagons à la fois. C'est Walter Matthias, homme de cirque mobilisé dans la kriegsmarine (d'où le beret) qui en est le cornac attitré. Jenny mourra en 1941. Les forêts de Mormal, Felleries, Flaumont, Beugnies, le bois Lévêque sont saccagées. 

img028

Les allemands s'installent et transforment les sites industriels confisqués. L'usine Deshayes-Courtois, entreprise de voitures hippomobiles et automobiles, devient un garage pour les véhicules allemands. A côté, la filature Sterbecq reçoit la même affectation. La Cidrerie Avesnoise "Beauté-Créquit" est transformée en une fabrique de confiture et de marmelade et la Brasserie Malterie Herbecq en fabrique de limonade. Le matériel des filatures est démonté en partie et les locaux sont affectés à d'autres productions. La Filature "La Fourmisienne" devient un atelier de réparations de petites voitures, la filature "Le Progrès" une boulangerie, la filature "l'Alsacienne" un magasin d'approvisionnement et ensuite un hôpital, la filature Staincq une caserne de chasseurs à cheval. La filature Pécquériaux et Hanet est transformée en hôpital pour femmes atteintes de maladies vénériennes. Le Peignage Vauban devient  un cantonnement pour les prisonniers russes et roumains et un magasin pour l'intendance. A Avesnelles, la filature Cromback est utilisée comme magasin de pommes de terre, de grain et fourrage. 

img029

Le paiement des contributions, des amendes, de la nourriture des troupes et autres secours raréfie la monnaie d'état. Les communes des zones occupées  émettent des bons communaux remboursables après la guerre. Cette monnaie de nécessité n'est pas vraiment officielle ni légale puisqu'elle n'est pas le fruit d'une décision gouvernementale mais elle est rendue indispensable compte tenu des circonstances. Les allemands l'autorisent, bien qu'ils n'acceptent en paiement que des francs, de l'argent ou même de l'or.C'est ainsi que 50.000 billets de 1 fr, de 2 frs, de 5 frs, de 10 et 20 frs seront émis pour les communes de l'arrondissement. Les soldats allemands, bons clients, ne peuvent payer aux habitants qu'avec des bons communaux. Le change de la monnaie d'état en billets de ville s'effectue à la maison de change de la Kommandantur d'Avesnes.

 img030

La main d'oeuvre est insuffisante et les Allemands recrutent les populations civiles des pays occupés pour les travaux agricoles, dans les usines, dans les forêts... Hommes âgés, femmes, émigrés, adolescents et même enfants doivent travailler et exécuter les ordres de la Kommandantur. Comme les volontaires sont insuffisants, les maires doivent procéder à des recensements de tous les hommes mobilisables de 17 à 55 ans et ceux-ci sont alors astreints au travail obligatoire. La désobéissance est sanctionnée par des amendes et de la prison. Les femmes sont réquisitionnées pour des travaux agricoles, laver le linge des troupes, faire la cuisine et même tricoter des chaussettes pour les soldats !

img031

L'ordre règne sur l'Avesnois. Tout est contrôlé par l'occupant. Les maires reçoivent les ordres de allemands et doivent les faire accepter à la population. Ils font partie des 3 otages "officiels" qui sont une garantie permanente auprès des autorités allemandes, en dépit de la convention de la Haye de 1907 qui interdit cette pratique. Les Avesnois sont surveillés et contrôlés. La circulation est réglementée, la confiscation de bicyclettes, d'automobiles, de chevaux et d'ânes, ainsi que l'instauration d'un couvre-feu réduisent considérablement les déplacements. Les Avesnois sont privés d'informations et sont sans nouvelles des autres français de la zone libre. Toute correspondance avec les autres régions et pays est interdite. Privés de liberté, d'informations, rationnés, contraints de servir l'occupant, les Avesnois ne perdent pourtant pas confiance en l'avenir.

AVESNES Rotonde

 F I N

NDLR : Pour des raisons de mise en pages du blog, certains textes provenant de l'ouvrage "Avesnes-sur-Helpe et ses environs pendant la 1ère Guerre Mondiale" ont été soit réduits, résumés, voire complétés. Certaines illustrations proviennent de ce livre ou de mes archives personnelles. Comme je l'ai déjà indiqué sur l'article du 17/11/2014 intitulé "L'Avesnois se souvient" on peut se procurer cet ouvrage réalisé collégialement par des membres de la Société Archéologique et Historique de l'Arrondissement d'Avesnes (S.A.H.A.A) en me contactant à la rubrique "contacter l'auteur".


03 décembre 2014

LA GUERRE 14-18 - Cartes Postales du Front

Logo centenaire

Présentation partie 3

Pour découvrir ce diaporama, cliquer ICI ensuite cliquez sur "diaporama" et sur les diapos pour faire défiler celui-ci.

24 novembre 2014

GUERRE 14-18 - Invasion de l'Avesnois

Logo centenaire

 - "Après la bataille des frontières (voir article précédent), ce fut l'invasion de l'Avesnois entre le 22 et 26 août 1914. Beaucoup d'habitants abandonnent leurs maisons, emportant tout ce qu'ils peuvent. Du 22 au 23 août, à Avesnes, les enfants et personnes âgées sont évacuées par train. Peu à peu, tandis que la ville se vide de ses habitants  plus de 200 blessés arrivent dans le couvent Ste Thérèse, à l'hospice et à l'hôpital 107 de la Croix Rouge. Cette installation est de courte durée car les allemands sont à Beaumont (Belgique). Tous les blessés doivent donc être transférés rapidement vers des lieux plus sûrs et le 25 août, pour permettre leur évacuation, deux wagons sont ajoutés au dernier train qui part d'Avesnes."

Evacuation 1914

 - "Le lendemain les troupes allemandes de la IIème Armée de von Bülow arrivent en Avesnois et se livrent à des destructions, des incendies et des pillages à Solre le Château, Felleries, Flaumont-Waudrechies, Sémeries, Avesnes, Fourmies, Cartignies, Landrecies ... Ils justifient ces exactions par la présence d'espions et de francs-tireurs. Les routes sont encombrées de civils fuyant et de troupes avec des canons et des mitrailleuses."

A Felleries, les allemands entrent dans le village vers 7 h du matin. Vers midi, ils commencent à mettre le feu à plus de 60 maisons, trois usines (Les Ets Achille Charon,Trotin-Montay et Albert Crucis) et à l'église.

FELLERIES-Léglise incendiée

A Sémeries-Zorées, alors que 45 soldats sont tués lors d'un combat de cavalerie, cinq fermes sont incendiées par des obus ou volontairement.

A Flaumont-Waudrechies, près de l'usine "La Dolomie" tombe Gaston Ruffin. Ce soldat du 106ème Régimentd'Infanterie meurt de ses blessures sur le pont de la Dolomie à 29 ans. Les allemands anéantissent l'usine de la Dolomie en mettant le feu à 10 bâtiments.

AVESNES - La Dolomie détruite

A Avesnes sur Helpe, Alors qu'il reste encore des cavaliers et quelques fantassins français, l'artillerie allemande établie sur les hauteurs du "dernier sou" de la Taquennerie à Flaumont bombarde la ville. Vers 9 h, arrivent les Uhlans des routes de Guersignies, de Solre le Château, de Flaumont-Waudrechies et de Sains du Nord. La confusion est grande et certains Avesnois pensent que ce sont des Anglais ou des Belges Flamands. Des obus tombent sur la Collégiale juste au dessus de l'autel de la vierge épargnant miraculeusement le tableau de "l'assomption" de Watteau. D'autres endommagent quelques maisons. Tandis que les troupes françaises poursuivent leur retraite, des combats continuent route de Landrecies. Des habitations sont volontairement incendiées. Mme Marie-Mélanie Raux, responsable de la Croix Rouge et M. Carbonnier, professeur d'allemand au collège, M. Loiselet adjoint et M le Doyen Lancelin tentent une médiation pour calmer les ardeurs incendiaires des envahisseurs et permettent ainsi de sauver le ville...

Toutefois, le collège d'Avesnes et son musée ne sont pas épargnés. Des soldats allemands préparent méthodiquement l'incendie qui détruira la totalité du bâtiment et des 159 oeuvres d'art (tableaux, gravures, statues) de son musée installé en 1904 au second étage du bâtiment principal, ainsi que 18 tableaux et 900 médailles, jetons, monnaies rares ... Le déblaiement des ruines du collège ne commence que le 13 juillet 1915 sur l'ordre du Major von Mehring.

Avesnes-Galerie des tableaux

La Galerie des tableaux

A SUIVRE ...

21 novembre 2014

Guerre 14-18 - L'Invasion de la Belgique

Logo centenaire

Après l'invasion de la Belgique et la bataille des frontières qui suivit du 7 au 23 août, Joffre décide un repli général. La bataille des frontières est perdue. Les combats d'août 1914 ont couté la vie à 130.000 hommes en deux semaines. Le 25 août Cambrai et Valenciennes sont abandonnés. Le lendemain 26 août les troupes allemandes arrivent dans l'Avesnois qui sera alors occupée. Quant à la place forte de Maubeuge elle capitulera le 7 septembre après une semaine de siège. 

Belgique A

 Belgique-L'exode

Dès le 20 août, de nombreux Belges évacuent. Ils se dirigent vers les villages frontaliers. Ils partent avec des charettes  et parfois des bestiaux vers le sud, à la recherche d'un asile. Leurs nouvelles sont inquiétantes car il font état de pillages, de prises d'otages, d'incendies et même d'exécutions perpétrées par les troupes allemandes. Ces récits suscitent effroi et émotion et les Avesnois et ceux qui le peuvent préfèrent eux aussi partir plutôt que d'affronter ces "barbares".

Belgique-Blindés

Belgique-Dixmude

Belgique-Furnes

Belgique-Liège

Belgique-Liège1

Belgique-Louvain (2)

Belgique-Louvain

Belgique-Nieuport

Belgique-Visé

Belgique-Visé1

Belgique-Ypres

A SUIVRE PROCHAINEMENT : L'occupation allemande en Avesnois

19 novembre 2014

ANOR - GUERRE 14-18

Logo centenaire

Voici deux cartes-photos qui datent de l'occupation allemande. La première est indédite sur le blog.

ANOR-Salle d'écriture

La Salle de lecture

ANOR-Mess des officiers

Le Mess des officiers


17 novembre 2014

AVESNES SUR HELPE - L'Avesnois se souvient

Logo centenaire

L'Avesnois se souvient

A l'occasion du centenaire de la guerre 14-18 et de l'exposition "L'Avesnois se souvient", un ouvrage très complet a été édité. Celui-ci est particulièrement documenté et bien illustré le plus souvent grâce à des documents rares, à l'image du château de Mérode à Trélon sous l'occupation (voir ci-dessous).

TRELON-1916

J'aurai l'occasion de revenir sur ce livre coécrit par des membres de la Société Archéologique et Historique de l'Arrondissement d'Avesnes/Helpe (S.A.H.A.A)

NB : Ceux qui souhaitent se procurer ce livre (attention il ne reste que quelques centaines d'exemplaires) peuvent me contacter à l'aide de la rubrique "contacter l'auteur".

15 novembre 2014

TRELON - L'Hôpital-Lazaret ***

Logo centenaire

TRELON-Le Lazaret - Copie 1

En l'état, cette photo exceptionnelle n'existe pas. Je l'ai remastérisée. A l'origine elle provient d'une d’une des planches qui avait été réalisée en Mairie de Trélon pour le 90ème anniversaire de l’armistice en 2008, sur le thème "Trélon sous l’occupation". Elle nous montre l'usine Falleur transformée en hôpital civil et lazaret sous l'occupation allemande. Des textes accompagnaient ces planches :

"Si les civils décédés au lazaret de la rue Ansieau sont relativement bien identifiés, les services allemands ne fournissaient aucun renseignement à la mairie quant aux militaires prisonniers et le major-chef qui y sévissait (Oscar Michelsohn) n'a sans doute pas tenu à laisser trop de traces; les quelques témoignages présentés à la Commission d'enquête sur les violences faites par l'ennemi étant suffisamment édifiants."

Un autre texte extrait de l'ouvrage de M.A Buthine est également présent :

"Une voiture pénètre dans le cimetière de Glageon. On amène les morts du Lazaret du Bourg. On a donné tant de détails navrants sur ces ensevelissements, que je voudrais les vérifier sur place... surmontant notre effroi, nous nous rapprochons de la grande fosse  ouverte ... nous voyons sortir un à un les cadavres enveloppés de papier. Afin que celui-ci ne se déchire pas trop, les soldats (italiens) les portent à deux; arrivés à la fosse, un homme à lui seul prend le léger fardeau... Des papiers se sont déchirés, nous voyons surgir de longues barbes, des thorax décharnés, ... nous prions pour les malheureuses victimes du docteur Michelson".

J'ai déjà publié en 2012 un long article sur Emma Boulanger (Alias M.A Buthine), cliquer ci-dessous pour le retrouver :

 http://chris59132.canalblog.com/archives/2013/10/27/28299720.html

TRELON-Lazaret allemand

Le lazaret allemand

REBONDISSEMENT :

Depuis cette exposition en 2008, rien de nouveau n'était venu s'ajouter à ce que l'on connaissait. Sauf qu'en 2013 j'ai découvert un livre écrit par  un général de brigade de cavalerie français capturé alors qu'il effectuait une reconnaissance pendant les offensives du printemps 1918: Le général de Tournadre. Ce dernier a écrit un livre dans lequel il consacre un chapitre entier (le II) sur le lazaret de Trélon où il a séjourné. Des détails édifiants !!!

TRELON - Le Lazaret

  TRELON-Lazaret pge 1

Vous pouvez lire ce livre en entier ou particulièrement le chapitre II (page 18 à 33) en cliquant sur ce lien :

http://archive.org/stream/aupaysdesfourbes00tour#page/18/mode/2up

11 novembre 2014

Commémoration de l'Armistice

Logo centenaire

Ce 11 novembre, c'est dans notre région que se déroulait l'inauguration de «L'Anneau de la Mémoire» au Mémorial de Notre-Dame-de-Lorette, dans le Pas-de-Calais.

11 Novembre 2014 016

11 Novembre 2014 013

11 Novembre 2014 014

Sur 500 plaques d'acier sont gravés les noms de 579 606 soldats tombés dans la région, sans distinction de nationalité ou de religion.

A une semaine de l'armistice, le soldat poête anglais Wilfred Owen a été tué près du canal de la Sambre à l'Oise. Il était âgé de 25 ans. Parmi 3 étudiants (une Française, une Anglaise et un Allemand) chargés de présenter le parcours d'un soldat de leur pays, J'ai retenu le poême ci-dessous récité par l'étudiante anglaise scolarisée à Lille.

OWEN1

Hymne à la Jeunesse condamnée

Quel glas sonne pour ceux qui meurent comme du bétail ?
Seule, la colère monstrueuse des canons,
Seul, le crépitement rapide des fusils hoquetants
Peuvent ponctuer leurs oraisons hâtives,
Pour eux, pas de prières ni de cloches dérisoires,
Nulle voix endeuillée hormis les chœurs, —
Les chœurs suraigus et démentiels des obus gémissants ;
Et les clairons appelant pour eux depuis de tristes comtés.

Quelles chandelles seront tenues pour leur souhaiter bon vent ?
Non dans la main des garçons, mais dans leurs yeux,
Brilleront les lueurs sacrées des adieux,
La pâleur du front des filles sera leur linceul,
Leurs fleurs, la tendresse d'esprits silencieux,
Et chaque long crépuscule, un rideau qui se clôt. 

 

Ci-dessous, une vidéo en couleur de l'année 1918 qui relate la fin de la guerre (vue du côté anglais).