Durant la Seconde Guerre mondiale, la presse régionale passe sous le contrôle de l'occupant. La plupart des grands journaux continuent de paraître, mais ils sont sévèrement censurés et perdent tout crédit auprès de la population. Les Allemands nomment  des directeurs politiques comme Charles Tardieu au Grand Echo, Leclercq au Réveil du Nord ou Tulliez au Journal de Roubaix, qui prônent la collaboration intégrale avec l'occupant. Cette édition du jeudi 27 janvier 1944 concerne Le Réveil du Nord qui a attiré mon attention. En effet, un article concernant la région de Fourmies figure à la une. J'ai entouré en rouge celui-ci et je l'ai ensuite extrait de la page afin de faciliter sa lecture (voir plus bas).

WIGNEHIES-Journal du Nord

WIGNEHIES-Bouttefeux Fernand

Ce fait divers pourrait s'arrêter là, sauf que je fis le rapprochement avec des photos en mauvais état que j'avais archivées il y a un certain temps. Celles-ci représentent un enterrement mémorable qui s'était déroulé à Wignehies le 29 janvier 1944, soit deux jours après la parution de cet article !  Il s'agit bien de la même personne, sauf que celle-ci faisait partie du détachement 24 "Vaillant Couturier" ou "Desrumaux" (Secteur Fourmies-Wignehies). C'est sans doute pour cette raison que ses funérailles eurent lieu en grande pompe à Wignehies (ville où il résidait) et mobilisèrent une grande partie de la population (voir photos).

NDLR : Claude Cazes et Edouard Delesalle fondent Le Réveil du Nord en 1889, il fut au départ un quotidien politique socialiste. Après la libération. Les biens du Réveil du Nord sont confiés au nouveau quotidien de la SFIO, Nord-Matin.

WIGNEHIES-Funérailles

WIGNEHIES-Funérailles1

WIGNEHIES-Funérailles2