pollution

La politique actuelle voulue par le Président Macron, repose en partie sur le respect des engagements pris à l'occasion des accords de Paris sur le climat en 2015. Cependant, il faut savoir que les États-Unis d'Amérique pourront dénoncer cet accord par simple notification écrite et Donald Trump, compte tenu des délais impartis, pourrait retirer officiellement son pays de cet accord le 4 novembre 2020. La Russie quand à elle ne devrait pas ratifier celui-ci avant 2019. 
Alors même que ces deux grandes puissances ne sont donc pas pour le moment tenues de manière définitive au respect de ces accords, notre gouvernement  a sans doute voulu montrer l'exemple en adoptant brutalement toute une série de mesures et, en ne s'expliquant pas clairement dans un premier temps, a créé ainsi et à juste titre des interrogations, voire de la colère, notamment chez les plus  "vulnérables". C'est surtout vrai au regard de la loi sur la transition énergétique (liée aux accords de Paris) : Prix dissuasifs des carburants (1), remplacement de certains véhicules automobiles polluants, modes de chauffage ... Certes des aides financières seront allouées, mais globalement on peut dire qu'une génération d'Européens va devoir supporter des efforts et des changements d'habitudes , ceci sans certitude aucune du résultat pour la planète terre.
C'est pourquoi ce samedi, "les gilets jaunes" ne doivent pas livrer un combat franco-français. Il faut dorénavant amener celui-ci à l'échelon Européen en prenant note que tous les états de l'Union luttent ensemble pour sauver notre planète, mais jusque quand ? 
NB : La pollution de l'air provoque toujours plus de 500.000 décès prématurés par an sur le continent européen malgré une légère amélioration, a indiqué récemment l'Agence européenne pour l'environnement dans son rapport annuel.
(1)-Le gazole a augmenté de 25% depuis 2010