03 décembre 2018

TRELON - Le Château des Carmes

De 1873 à 1885, les "Grands-Carmes" sont réaménagés en demeure de plaisance pour la famille Moreau de la Tour-Godard-Desmaret. En 1927, le couvent et ses dépendances sont rachetés par la commune pour les transformer en hospice de vieillards et d'infirmes. Celui-ci sera officiellement inauguré en 1933.

Ci-dessous, voici deux nouvelles superbes cpa du Château des Carmes qui nous montrent la façade arrière (côté nord), telle qu'elle a évolué dans la première moitié du XXe siècle. 

TRELON-Château des Carmes

Ici, on distingue bien que le premier bâtiment annexe à droite, est séparé du bâtiment principal. Cette cpa est sans doute la plus ancienne (vers 1905). 

TRELON-Château des Carmes (2)

Cette autre cpa "colorisée", vers la fin des années vingt, nous montre que d'importants travaux ont eu lieu pour la transformation de l'édifice en Hospice. En effet, on constate que le premier bâtiment annexe a été profondément remanié et rehaussé en partie pour se greffer sur le bâtiment principal, ceci avec d'importantes modifications de la toiture.

TRELON-Château des Carmes (façade arrière)

Cette photo contemporaine nous montre l'arrière de l'édifice (coté nord). A droite, les anciens bâtiments ont été détruits pour faire place à une nouvelle Maison de retraite en 1982 et condamnée à son tour à la destruction (voir photos ci-dessous), en  libérant ainsi le Château des Carmes resté sans affectation depuis.  

La seconde Maison de Retraite (1982), abandonnée à son tour depuis 2013, suite à la construction d'un EHPAD, est sans doute condamnée à disparaître (mais quand ?). 

TRELON-Maison de Retraite

Sur ce panorama on découvre mieux l'importance des bâtiments abandonnés depuis 5 ans (1) et dont une partie est imbriquée dans le château historique ! Depuis on peut légitimement se poser ces questions : Comment et par qui est assuré l'entretien et la sécurité ? Qui paye le chauffage et l'assurance des bâtiments ? Quel prix faudra t'il débourser en cas de destruction ? ... Autant de questions aux quelles il faudra bien répondre un jour.

(1) - certains diront : "Pas par tout le monde !" 

Posté par CHRIS NORD à 18:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 décembre 2018

TRELON - Le Peintre Jules Léonard

 Capture

Il est né à Silenrieux (Belgique) le 30 juillet 1825. Il provient d'une famille nombreuse de huit enfants. Son père François Léonard est couvreur de paille et ses revenus sont modestes. Il quitte son village natal à 12 ans à l'invitation de son frère Alexis, peintre décorateur à Valenciennes et qui connaît les dispositions de son frère cadet pour la peinture. Il s'inscrit à l'Académie de Valenciennes en 1838 dans la classe de Julien Potier et obtient régulièrement des citations pour ses épreuves. Il suit les cours tout en travaillant comme ouvrier décorateur.

Les ressources de son frère ne lui permettent pas de rester; il revient à Silenrieux à 15 ans où le bourgmestre Piret le recommande au comte de Baillet Latour qui lui fait attribuer une bourse d'étude de 300 francs pour lui permettre de poursuivre des études à Bruxelles. En 1843 il s'inscrit à l'école académique des Beaux Arts de Bruxelles où il fait le connaissance de François Navez qui deviendra son ami. Sa première œuvre "Van Dyck et sa maîtresse en 1845 et reçue à un concours publique. En 1846 c'est le service Militaire et le début d'une vie qui sera tourmentée mais féconde en productions artistiques. Démobilisé, il retourne en 1849 chez son frère à Valenciennes où il expose et où il devient une personnalité artistique reconnue. Il peint beaucoup, et notamment des grandes œuvres décoratives. Il fait de nombreux portraits de famille dans l'Avesnois et sur Trélon : Thibaux, Hostelet, Monnier ...

En 1870, il épouse sa nièce Marie Léocadie Léonard à Paris avec qui il aura une fille Hélène en 1871. Il s’installe alors à Trélon et s’adonne à la peinture d’animaux et de paysages.

En 1872, grâce à un industriel verrier et mécène du lieu, Mr Clavon, il réalise un tableau pour la mairie de Trélon « Les trayeuses ». 

En 1878, le couple revend sa maison de Trélon et revient à Valenciennes, puis à Lille car son épouse doit être internée. Le peintre continue à vivre un moment avec sa fille. Et, en 1887, il revient se fixer définitivement  à Valenciennes ou il décédera le 28 décembre 1897. En 1898, plus de 160 de ses œuvres seront mises en vente publique.

 

Les tryeuses (Mairie de Trélon)

Les trayeuses (Salon d'honneur de la Mairie de Trélon)

Ci-dessous quelques œuvres du peintre :

Jules Léonard 5

Jules Léonard 6

Remerciements à Jean-Philippe Body dont la plupart des renseignements ci-dessus sont tirés de son livre dont le lien figure ci-dessous : 

Silenrieux

le 30 janvier 1961 : 64 ménages furent touchés (voir les photos sur la page suivante). Les dégâts les plus importants concernèrent 3 fermes et 3 maisons qui furent évacuées. Le passage à niveau de Battefer arraché et le pont de Féronval fut endommagé.

http://users.skynet.be

 

Posté par CHRIS NORD à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

TRELON - Marché de Noël

TRELON-Marché de Noël 2018

Posté par CHRIS NORD à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 novembre 2018

IMPORTANT

A T T E N T I O N

 Il s'agit sans doute d'une faille de sécurite dans l'application "Courrier" de Windows 10 .


En effet,  j'ai reçu deux mails qui ne m'étaient pas à priori destinés. C'est très dérangeant au regard des expéditeurs  que je connais par ailleurs. L'un concerne le message d'un Trélonnais qui est sensé être envoyé à " La Voix du Nord " et l'autre concerne une Association Trélonnaise d'un message destiné à un dénommé "Thierry". En ce moment, Soyez donc prudents dans l'envoi de vos mails !

Faites circuler le plus possible. Merci !

Posté par CHRIS NORD à 12:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

28 novembre 2018

TRELON - La Saint-Pansard ***

TRELON-St-Pansard 002

J'ai le souvenir que cette photo, prise à proximité de la Maison de Retraite, m'a été confiée par Robert Nicaise, un de mes camarades de jeunesse, présent ici à droite, et décédé en 2016. Nous sommes au début des années 70 et la Confrérie Saint-Pansard s'est élargie grâce à L'Union Commerciale de cette époque. Leurs membres sont alors une dizaine à participer au cortège et sont vêtus de leur habit bourgeois de la fin du XIX siècle (jaquette noire, pantalon gris, haut de forme et canne à pommeau). Ils sont notamment chargés de récolter des dons et vendre des billets de tombola. A gauche figure mon père en compagnie d'Edouard Matysko, à droite on reconnait Guy Louis. Un véhicule ancien ajoute de l'authenticité à  cette ambiance "Belle époque".

Sur le lien qui suit, on les retrouve ensemble, photographiés à La Maison des Enfants.  

TRELON - L'Union Commerciale et Artisanale - CHRISNORD TRELON (Nord)

J'ai retrouvé cette jolie photo des années 70 avec nostalgie. Sur celle-ci figurent dix membres de l'Union Commerciale et Artisanale Trélonaise (UCAT). La photo a été prise à l'occasion d'un cortège Saint Pansard. Ils ont fière allure et ont participé à de nombreux cortèges. Quatre d'entres-eux sont encore en vie.

http://chris59132.canalblog.com

NB : Ils ne sont plus quatre à être encore en vie, désormais, il ne sont plus que deux : Robert Souchaux et Edouard Matysko.  

Posté par CHRIS NORD à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


27 novembre 2018

WALLERS EN FAGNE - "Les Usines à lait"

Avec ses 300 habitants, et outre l'extraction importante de granulats calcaires, la petite commune de Wallers en Fagne détient peut-être un autre record : Celui du nombre de vaches sur son territoire et peut-être aussi un  record de production de lait. En effet, et sauf erreur, j'ai relevé cinq "Usines à lait" relativement importantes. Ces derniers jours, j'ai d'ailleurs remarqué un trafic inhabituel d'engins agricoles transportant des tonnages incroyables de nourriture pour animaux, en direction du village. Ce trafic routier s'ajoutant à celui de la carrière déjà très important. Tout ceci sans tenir compte de nombreuses navettes cet été, notamment pour le transport de paille et de maïs. Il semble bien que la sécheresse de cette année et le nombre croissant de ce type d'élevage a sans doute posé beaucoup de difficultés à ces élevages parfois démesurés (voir photos aériennes ci-dessous).

WALLERS EN FAGNE-Route de Moustier

Route de Moustier

WALLERS EN FAGNE - Chemin d'Ohain

Chemin d'Ohain

WALLERS EN FAGNE-Chemin du Gard

Chemin du Gard

WALLERS EN FAGNE-Route de Chimay

Route de Chimay

  Bien que n'étant pas situées sur le territoire de Wallers en Fagne, deux autres importantes "usines à lait" sont présentes à la limite de Wallers-Trélon, sur le territoire de Trélon :

TRELON-Rue de Chimay (1)

TRELON - Rue de Chimay (D 951) 

TRELON-Rue de Chimay (2)

TRELON - Rue de Chimay (D-951)  

Posté par CHRIS NORD à 00:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

26 novembre 2018

TRELON - La Gendarmerie ***

TRELON-Gendarmerie

J'ai déjà publié un exemplaire de cette cpa en version N&B de plus ou moins bonne qualité. Aujourd'hui je partage avec vous cette autre très belle version rare et partiellement colorisée qui date du début du XXe siècle. J'ai le souvenir de cette Gendarmerie dans les années cinquante. A cette époque l'écurie n'existait plus, seul le bureau d'accueil, ici à gauche avec sa cheminée, était encore présent.

TRELON-Gendarmerie 3

Le même endroit de nos jours

Posté par CHRIS NORD à 09:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

25 novembre 2018

TRELON - Une ducasse dans les années 50

Gaston Petit

Merci à Jean-Luc Meunier qui m'a fait parvenir une très jolie photo prise à l'occasion d'une ducasse dans la seconde moitié des années cinquante. Le personnage central n'est autre que Gaston Petit , personnalité emblématique de la Saint-Pansard à cette époque. A gauche c'est Jean-Jacques Lannois (un de mes camarades d'enfance) et filleul de Gaston Petit, à droite c'est Jean-Luc Meunier dont la Grand-Mère employait alors Gaston Petit en qualité de vendeur au Magasin "La Samaritaine" dont-elle était propriétaire. 

Lien connexe :

TRELON - Fête foraine *** - CHRISNORD TRELON (Nord)

Cette superbe photo des années cinquante nous montre un manège moderne pour l'époque, baptisé "L'écureuil". Il a sans doute été installé à l'occasion d'une fête locale par l'artisan forain Fourmisien Milheu-Vieville. Derrière le manège on reconnaît le dispensaire (à gauche) et le magasin, de cycles (Leleux) à droite.

http://chris59132.canalblog.com

 

Posté par CHRIS NORD à 11:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

24 novembre 2018

TRELON - De l'Etang de La Folie à La Verrerie Blanche ***

 

TRELON-La Folie-Etablissement (2)

C'est Jules Provoost qui est à l'origine de la création dans les années trente de ce merveilleux site touristique situé en forêt de Trélon. On peut aujourd'hui considérer que ce dernier est un des précurseurs des Bases de loisirs que l'on connaît aujourd'hui. 

J'ai connu Jules Provoost et son épouse Julia lorsqu'ils étaient à la retraite à Trélon dans les années cinquante. En effet, au sortir de la guerre, le site touristique ayant été bombardé, le couple avait alors racheté (1) l'ensemble complet de l'ancienne Verrerie Blanche à Trélon pour y créer une Javelerie ainsi qu'un Garage d'automobiles  à l'enseigne "Garage Franco-Belge" (2). C'est Jean-Marie Roquet, le gendre du couple Provoost (3) qui dirigera le Garage et fera appel à mon père (Robert Pavot) en qualité de chef d'atelier en 1950.

Hélas, Jean-Marie Roquet décédera subitement et mon père reprendra alors le garage avec l'enseigne "Peugeot". La Javelerie quand à elle sera vendue à Jules Decat, un entrepreneur de Montrouge qui agrandira le site. A la fermeture de celui-ci, les bâtiments seront à nouveau revendus pour être transformés en moyenne surface commerciale (Shopi, puis "Carrefour-contact"). Aujourd'hui, de l'ancienne verrerie, il ne subsiste plus que le Garage vendu à un particulier, la maison d'habitation de Jules Provost très remaniée et dont-il ne reste que le rez de chaussée, et en vis à vis de celle-ci, un autre bâtiment aménagé également en logement à l'étage par mes parents.

Longtemps après la fermeture du site "La Folie", la réputation de celui-ci perdurera encore durant de nombreuses années. C'est aujourd'hui un domaine privé. 

(1) - Peut-être à l'aide des dommages de guerre ?

(2) - En référence à la nationalité Belge de Jules.

(3) - Jean-Marie Roquet a épousé Renelde fille unique du couple Provoost.

 

TRELON-Rue Delval

La maison de Jean-Marie Roquet et Renelde Provoost - Rue Delval à Trélon. Elle sera ensuite revendue à Alphonse Bourbon (Chirurgien-dentiste) qui y installera son cabinet dentaire , visible ici à droite.

Le Garage Pavot dans les années 80

TRELON-Garage Pavot

L'ancien Garage Pavot appartient aujourd'hui à un particulier.

TRELON-Javellerie

Sur cette photo personnelle, on peut voir au premier plan, un des bâtiments de la Verrerie Blanche aujourd'hui disparu et qui abritait la javelerie. Au fond reste l'immeuble qui abritait des logements ouvriers de la Verrerie. 

TRELON-Shopi (2009)

Le même endroit en 2009

TRELON-Carrefour Contact (2013)

Le même endroit en 2013

J'ai réuni pour vous dans une vidéo, une grande partie des cartes postales qui ont été diffusées sur ce merveilleux endroit que fut

"La Folie"

 

Lien connexe :

TRELON - La Verrerie Blanche - CHRISNORD TRELON (Nord)

Cette superbe vue aérienne de 1947 nous montre la Verrerie Blanche qui s'arrêtera en 1932 mais qui n'était pas encore démantelée. On remarque la proximité avec le château qui projette joliment son ombre sur le parc.

http://chris59132.canalblog.com

 

Posté par CHRIS NORD à 17:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 novembre 2018

TRELON - La Samaritaine

TRELON-Arthur Meunier 2

Merci à Jean-Luc Meunier qui m'a fait parvenir trois superbes photos. Sa maison natale est située à l'extrême gauche près de sa Grand-mère paternelle (Elisa). Celle-ci était l'épouse de Arthur Meunier qui tenait alors le magasin de confections "A LA SAMARITAINE" que l'on découvre ici vers les années trente. A droite c'est le Café P. Hardy. 

TRELON-Arthur Meunier 3

 TRELON-Arthur Meunier1

Cette autre jolie photo a été prise à l'occasion du baptême de Jean-Luc Meunier en 1950. A cette époque, la cérémonie religieuse terminée, on lançait des dragées que les enfants s'empressaient de ramasser. On remarque que le Café P. Hardy est devenu un Salon de coiffure.

Ici une photo du magasin dans les années 60, peu de temps avant la réhabilitation de l'immeuble.

TRELON-Rue A

Le même endroit de nos jours (2013)

Posté par CHRIS NORD à 14:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,